Rentrée de Sciences Po, 2020 ©Maxppp - PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP
Rentrée de Sciences Po, 2020 ©Maxppp - PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP
Rentrée de Sciences Po, 2020 ©Maxppp - PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP
Publicité
Résumé

Six semaines après les révélations de Camille Kouchner sur Olivier Duhamel, le directeur de Sciences Po Paris démissionne. Dans le même temps, sur les réseaux sociaux, des témoignages de viols et d'agressions sexuelles dans les campus de Sciences Po commencent à affluer.

En savoir plus

Le directeur de Sciences Po attendait d'être officiellement mis en cause : Frédéric Mion a démissionné mardi après un rapport provisoire qui pointait ses défaillances dans l'affaire Olivier Duhamel. Le politologue, on le rappelle, avait démissionné de Sciences po et de la fondation qui chapeaute l’institution suite aux révélations de sa belle fille, Camille Kouchner, l'accusant d'avoir violé son frère adolescent à l'époque. 

Les étudiants de la Rue Saint-Guillaume, eux, manifestaient depuis six semaines pour pousser au départ de Frédéric Mion. Ils lui reprochent d'avoir su, mais de n'avoir rien dit, et même d'avoir nié.

Publicité

Les explications de Cécile de Kervasdoué

2 min

18 min

Les autres titres

Aujourd'hui arrive en conseil des ministre la loi "Climat et résilience". Une version très édulcorée des propositions de la convention citoyenne pour le climat.

Le Maroc est sous le choc suite à la mort de vingt-huit ouvrières textiles dans un atelier clandestin à Tanger, un drame qui met en lumière les difficultés du pays à appliquer sa législation sur la sécurité au travail.

Enfin, en Hongrie, une des dernières radios indépendantes du pays est forcée de cesser d'émettre, suite à une décision de justice tombée hier. Nous irons à Budapest.