Vue aérienne de la déforestation à Nisam Antara, dans la province indonésienne d'Aceh (photo prise le 13 octobre 2021)
Vue aérienne de la déforestation à Nisam Antara, dans la province indonésienne d'Aceh (photo prise le 13 octobre 2021) ©AFP - AZWAR IPANK / AFP
Vue aérienne de la déforestation à Nisam Antara, dans la province indonésienne d'Aceh (photo prise le 13 octobre 2021) ©AFP - AZWAR IPANK / AFP
Vue aérienne de la déforestation à Nisam Antara, dans la province indonésienne d'Aceh (photo prise le 13 octobre 2021) ©AFP - AZWAR IPANK / AFP
Publicité

L'Indonésie revient sur l'accord signé, à la COP26 à Glasgow, avec une centaine de pays pour mettre fin à la déforestation d'ici à 2030. L'archipel d'Asie du Sud-Est abrite la troisième plus grande forêt tropicale du monde. Des millions d'arbres y sont coupés, pour produire de l'huile de palme.

La première semaine de la COP26 s'achève sur un recul : l'Indonésie est revenue sur son engagement à mettre fin à la déforestation d'ici à 2030. Accord qu'elle avait pourtant signé à Glasgow, aux côtés d'une centaine de pays. L'archipel d'Asie du Sud-Est abrite la troisième plus grande forêt tropicale du monde. Des millions d'arbres y sont coupés, pour produire de l'huile de palme qui finit, notamment dans nos assiettes, en Europe ou en biocarburant. L’Indonésie et ses 273 millions d’habitants voient déjà, dans leur archipel, des îles disparaître à cause de la montée des eaux, provoquée par la hausse des températures. Mais l'Indonésie abrite aussi la troisième plus grande forêt tropicale au monde et son rapport à la déforestation demeure bien ambigu. Jeudi, le ministre de l’Environnement indonésien est revenu sur sa signature de l'accord trouvé à la COP26 à Glasgow,  pour mettre fin à la déforestation d’ici à 2030. Ce double discours des pouvoirs indonésiens se voit, par exemple, sur le compte Instagram du président indonésien Joko Widodo : mi-octobre, celui-ci partageait, avec ses 43 millions d’abonnés, un cliché de sa personne plantant des arbres dans une mangrove à Bornéo, entouré de divers ambassadeurs occidentaux, en rappelant, en commentaire, l’objectif qu’il a fixé : planter 600 000 hectares de forêts de mangroves d’ici 2024. Mais à la COP 26, le président Wikodo déclare sur Instagram : "des millions d'Indonésiens dépendent du secteur forestier pour leur subsistance. Nier cela est irréaliste et insoutenable". Le parlement vient ainsi de voter un projet de taxe carbone, quelques semaines seulement avant la fin du gel des nouveaux permis pour les plantations d’huile de palme, qui inquiètent grandement les ONG de protection de l’environnement.

Economie vs Ecologie, c’est ainsi que l’Indonésie présente la lutte contre le dérèglement climatique : explications de notre correspondante Gabrielle Maréchaux

2 min

"La COP26 n'est plus une conférence sur le climat", selon la militante suédoise Greta Thunberg,  mais "un festival de 'greenwashing' de la part des pays du Nord", soit un verdissement de façade, des discours pour la défense de l'environnement mais qui sonnent creux ; "deux semaines de 'blabla' habituel", écrit encore la jeune activiste sur Twitter. "Si les dirigeants du monde entier et les pollueurs ne veulent pas faire ce qu'il faut pour le climat, nous allons nous faire entendre", proposent Greta Thunberg et le mouvement "Fridays for future" : ce vendredi donc, les jeunes descendent dans la rue, à Glasgow, pour demander de vrais engagements pour la planète. L'Irak est le cinquième pays le plus touché au monde par la réchauffement climatique selon les Nations Unies. Lucile Wassermann s'est rendue dans les campagnes autour de Bagdad, où les agriculteurs n'arrivent plus à vivre de leurs cultures et pensent à partir : reportage.

Publicité

Un TER a percuté, jeudi, à Calais un groupe d'une cinquantaine de migrants. Un homme est mort, trois autres ont été blessés. Ils marchaient dans la nuit, le conducteur du train ne les a pas vus.

L'OMS alerte l'Europe : elle redevient l'épicentre de la pandémie, faute de vaccination suffisante. Pour mieux lutter contre le Covid, les Etats-Unis commencent à vacciner les enfants, âgés de cinq à onze ans peuvent désormais recevoir leur première dose de vaccin Pfizer, le seul autorisé pour cette tranche d’âge. 28 millions d’enfants sont concernés à travers le pays. A New York, la vaccination des plus jeunes a commencé jeudi, sur les sites opérés par la ville en attendant que les pharmacies, les pédiatres et les écoles soient mis à contribution. Reportage de Loig Loury.

L'équipe