École Élémentaire Cour de Lorraine à Mulhouse. Photo : la cour intérieure
École Élémentaire Cour de Lorraine à Mulhouse. Photo : la cour intérieure ©Radio France - Jérôme Jadot
École Élémentaire Cour de Lorraine à Mulhouse. Photo : la cour intérieure ©Radio France - Jérôme Jadot
École Élémentaire Cour de Lorraine à Mulhouse. Photo : la cour intérieure ©Radio France - Jérôme Jadot
Publicité

Emmanuel Macron a annoncé la fermeture, à compter de lundi, de tous les établissements scolaires, crèches et universités. Il en appelle a la responsabilité de chacun, mais n'a pas annulé les élections municipales.

La France ferme ses écoles et s’apprête à tourner au ralenti, pour tenter au maximum de "gagner du temps", selon les mots prononcés hier par le Président de la République. 

Emmanuel Macron a lancé hier un appel solennel à "faire bloc"  pour freiner l'épidémie de coronavirus, dans une allocution télévisuelle d'une demi-heure.  Principale mesure annoncée, la fermeture de tous les établissements d'éducation à partir de lundi : crèches, écoles, collèges, lycées et universités.

Publicité

Le président français a fait également appel à la responsabilité de chacun, il demande notamment de limiter au maximum les déplacements. Face à ce qu'il appelle la "plus grave crise sanitaire depuis un siècle" le chef de l'Etat a donc décidé de fermer les écoles, mais n'a pas souhaité annuler les élections municipales. Analyse de Stéphane Robert, puis de Tara Schleguel. 

Pour tenter d'enrayer la pandémie, ce sont tous les Etats Européens qui ont pris des mesures hier, apparemment sans coordination. Nous y reviendrons avec Angélique Bouin.

Nous irons également en Corée du Sud, où le fléau est en voie d’être endigué. Et puis c'est le début aujourd'hui du procès de Joel Le Scouarnec, ce chirurgien soupçonné d’être le pire pédo-criminel de l'histoire française. Récit de Margaux Duquenne.