Des inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique, dans la préfecture de Fukuchima en maai 2011 (photo de l"opérateur TEPCO)
Des inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique, dans la préfecture de Fukuchima en maai 2011 (photo de l"opérateur TEPCO)
Des inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique, dans la préfecture de Fukuchima en maai 2011 (photo de l"opérateur TEPCO) ©AFP - Handout / TEPCO / AFP
Des inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique, dans la préfecture de Fukuchima en maai 2011 (photo de l"opérateur TEPCO) ©AFP - Handout / TEPCO / AFP
Des inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique, dans la préfecture de Fukuchima en maai 2011 (photo de l"opérateur TEPCO) ©AFP - Handout / TEPCO / AFP
Publicité
Résumé

Minute de silence observée à 14h46 au Japon -6h46 en France- dix ans jour pour jour après le violent séisme, le tsunami meurtrier et la catastrophe nucléaire de Fukushima : 18.500 personnes sont mortes en 2011, 160 000 personnes ont quitté les abords de la centrale. Il reste des millions de déchets

En savoir plus

17 millions de m³ de déchets radioactifs et un million de m³ d'eau contaminée sont toujours stockés à Fukushima et ses alentours, dix ans après la catastrophe nucléaire : Fukushima devra attendre deux à trois siècles pour retrouver un aspect normal. Le démantèlement est censé être terminé, au mieux en 2050 et devrait coûter 200 milliards d'euros. Si la radioactivité dans l’air a diminué de moitié, 17 millions de mètres cubes de déchets radioactifs et de terre contaminée se trouvent encore dans les villes et villages qui entourent la centrale accidentée, il y a 10 ans jours pour jour, après un tsunami causé par l'un des séismes les plus puissants jamais enregistrés au nord-est du Japon. Sur le site même de la centrale de Fukushima, gérée par l’opérateur japonais TEPCO, 4 000 à 6 000 personnes, des "liquidateurs" travaillent chaque jour au démantèlement de la centrale. Le gouvernement cherche pourtant à tourner la page au plus vite, ce que la population locale conteste, rappelle Kolin Kobayashi de l’association "Echo-Echanges", interrogée par Véronique Rebeyrotte.

Reportage de Véronique Rebeyrotte

1 min

À réécouter : Fukushima : dix ans après, le difficile retour dans les villes évacuées du département

Les autres titres du journal

Joe Biden parle d'une "victoire historique" pour les Américains : le président des Etats-Unis a vu son plan de relance à 1.900 milliards de dollars être adopté au Congrès. Un plan pour répondre à la crise et lutter plus largement contre la pauvreté. Une victoire politique, aussi, 50 jours après son arrivée à la Maison Blanche, mais à quel prix. Aucun républicain n'a voté pour ce plan.

Publicité

L'agence européenne du médicament devrait délivrer aujourd’hui son autorisation au vaccin américain "Johnson & Johnson". Son intérêt majeur est qu'une seule dose pour protéger à 85% contre les formes sévères du Covid, un peu moins (66%) sur les formes symptomatiques.

Avant un nouveau point sanitaire, ce soir, le porte-parole du gouvernement a annoncé mercredi que des évacuations sanitaires auraient lieu de l'Ile-de-France vers d'autres régions. Les hôpitaux sont en tension, mais tiennent encore, pour l'instant.