Des Palestiniens protestent contre la mort de la journaliste d'Al-Jazeera Shireen Abu Akleh
Des Palestiniens protestent contre la mort de la journaliste d'Al-Jazeera Shireen Abu Akleh ©AFP - AHMAD GHARABLI / AFP
Des Palestiniens protestent contre la mort de la journaliste d'Al-Jazeera Shireen Abu Akleh ©AFP - AHMAD GHARABLI / AFP
Des Palestiniens protestent contre la mort de la journaliste d'Al-Jazeera Shireen Abu Akleh ©AFP - AHMAD GHARABLI / AFP
Publicité

L'émotion et la colère à Ramallah, après la mort de la célèbre journaliste Shireen Abu Akleh mercredi près d'un camp de réfugiés en Cisjordanie. Tuée par une balle israélienne selon la chaîne qatarie et des reporters qui étaient sur place à ses côtés.

Elle était un visage familier des spectateurs de la chaîne Al Jazeera, la célèbre journaliste Shireen Abu Akleh a donc été tuée ce mercredi matin alors qu'elle couvrait les événement en cours dans le camp de réfugiés de Jénine, en Cisjordanie occupée. 

La reporter portait son casque et son gilet pare-balle, mais a reçu une balle au visage. Immédiatement après le drame, son employeur,, Al Jazeera,  a accusé les forces israéliennes d'avoir tué "de façon délibérée" et de "sang froid" sa journaliste vedette. Quelques heures après le premier ministre israélien Naftali Bennett affirmait qu'elle avait "probablement" été tuée par des tirs de combattants palestiniens en marge des affrontements. Une version contredite par les autres reporters qui se trouvaient sur place avec elle. 

Publicité

Quoiqu'il en soit l'émotion était très vive mercredi après-midi lorsque le corps de Shireen Abu Akleh est arrivé à Ramallah devant les locaux de la chaîne qatari.

Le Reportage de notre correspondante sur place, Alice Froussard

1 min

Les autres titres du journal

En Ukraine, des usines se sont éloignées de la ligne de front pour continuer de produire un peu plus loin.

Le directeur de la COP 15 qui se tient à Abidjan est accusé d'avoir participé à un vaste trafic de bois précieux.

Enfin leur discours de remise de diplôme a fait le tour des réseaux sociaux ce mercredi. : huit étudiants de la célèbre école d'ingénieur en agronomie, AgroParisTech ont dénoncé une formation qui les pousse, selon eux, à continuer les ravages écologiques et sociaux en cours.