Emmanuel Macron s'exprime lors de l'émission "L'événement" sur France 2 présenté par Caroline Roux,  le 12 octobre 2022
Emmanuel Macron s'exprime lors de l'émission "L'événement" sur France 2 présenté par Caroline Roux,  le 12 octobre 2022 ©AFP - LUDOVIC MARIN / AFP
Emmanuel Macron s'exprime lors de l'émission "L'événement" sur France 2 présenté par Caroline Roux, le 12 octobre 2022 ©AFP - LUDOVIC MARIN / AFP
Emmanuel Macron s'exprime lors de l'émission "L'événement" sur France 2 présenté par Caroline Roux, le 12 octobre 2022 ©AFP - LUDOVIC MARIN / AFP
Publicité

Emmanuel Macron s'est exprimé ce mercredi sur la crise des carburants, selon lui, il appartient à toutes les parties prenantes de débloquer la situation. Sur le terrain, la situation n'a guère évolué.

Sur le front des carburants, la situation n'a pas beaucoup évolué ce jeudi matin, si l'on excepte l'expression mercredi soir sur le conflit du président de la République. Invité de l'émission "L'évènement" sur France 2 ce mercredi soir, Emmanuel Macron a évidemment été interrogé sur le sujet, après l'annonce par la première ministre des réquisitions de salariés. Une décision soutenue par le chef de l'Etat, qui estime qu'il est de la responsabilité de toutes les parties prenantes dans le conflit de ne pas bloquer les discussions.

Les précisions de Marie Viennot

1 min

Concrètement, la grève continuait mercredi soir chez ExxonMobil, idem dans le groupe TotalEnergies, après le refus des salariés grévistes de débloquer les expéditions de carburant pour ravitailler les stations-service à sec. Une demande de la direction comme préalable à l'ouverture de négociations salariale. Ce jeudi, les premières réquisitions devraient donc avoir lieu pour quatre salariés de la raffinerie d'ExxonMobil, Port-Jérôme, Notre-Dame-de-Gravenchon en Seine-Maritime, sommé de débloquer les vannes. Une "Décision scandaleuse" pour la CGT, qui a annoncé le dépôt d'un référé pour s'y opposer. L'occasion de se poser la question de l'état des stocks d'essence, dans ce genre de situation, car les compagnies pétrolières ont l'obligation d'en constituer, ils doivent couvrir trois mois de consommation et sont déloqués à la demande du gouvernement.

Publicité

Les autres titres du journal

Autre pénurie, celle des chauffeurs de bus en cette rentrée, le manque de chauffeurs pénalise nombre d'usagers. Mais le métier n'attire plus.

Reportage en Turquie, en mer de Marmara les cargos ukrainiens chargés de céréales créent un véritable embouteillage, après l'accord sur les céréales trouvé entre la Russie et l'Ukraine.

Enfin, c'est un instantané de la biodiversité mondiale à travers les âges, le rapport "planète vivante" édité tous les deux ans depuis 1970 par le WWF, le Fonds mondial pour la nature. Il étudie notamment l'état des populations de vertébrés, à partir de données scientifiques collectées sur 32 000 populations de plus de 5 200 espèces de vertébrés. Et cette année, les conclusions du rapport sont encore plus alarmantes que les précédentes : entre 1970 et 2018, le déclin moyen des populations de vertébrés est de 69 %.

Le Fonds mondial pour la nature (WWF) publiée jeudi, qui pointe le lien de plus en plus marqué entre perte de biodiversité et réchauffement climatique. Précisions de Véronique Rebeyrotte

1 min

.
.
© AFP - SABRINA BLANCHARD, VALENTIN RAKOVSKY, JULIA HAN JANICKI
La tortue luth, la plus grande tortue de mer au monde, est l'une des espèces les plus menacées. Ici sur une plage de Remire-Montjoly, en Guyane, à l'été 2019.
La tortue luth, la plus grande tortue de mer au monde, est l'une des espèces les plus menacées. Ici sur une plage de Remire-Montjoly, en Guyane, à l'été 2019.
© AFP - Jody Amiet

L'équipe