Le ministre de la Santé Olivier Véran à l'Assemblée, lors de la séance publique pour l'examen du projet de loi qui transforme le pass sanitaire en pass vaccinal
Le ministre de la Santé Olivier Véran à l'Assemblée, lors de la séance publique pour l'examen du projet de loi qui transforme le pass sanitaire en pass vaccinal
Le ministre de la Santé Olivier Véran à l'Assemblée, lors de la séance publique pour l'examen du projet de loi qui transforme le pass sanitaire en pass vaccinal ©AFP - XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP
Le ministre de la Santé Olivier Véran à l'Assemblée, lors de la séance publique pour l'examen du projet de loi qui transforme le pass sanitaire en pass vaccinal ©AFP - XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP
Le ministre de la Santé Olivier Véran à l'Assemblée, lors de la séance publique pour l'examen du projet de loi qui transforme le pass sanitaire en pass vaccinal ©AFP - XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP
Publicité
Résumé

Pas de nuit blanche dans l'hémicycle pour discuter du projet de loi : les députés ont finalement refusé de poursuivre les débats après minuit. Un coup de théâtre applaudi par l'opposition, un camouflet pour la majorité.

En savoir plus

Coup de théâtre à l'Assemblée nationale où l'examen du projet de loi transformant le pass sanitaire en pass vaccinal a fait l'objet d'une suspension surprise, après qu'une majorité de députés ont refusé par un vote à main levée la poursuite des débats après minuit. La conférence des présidents de groupes parlementaires du Palais Bourbon se réunit ce mardi matin à 10h pour inscrire, à l'agenda de l'Assemblée, la suite de l'examen du projet de loi qui transforme le pass sanitaire en pass vaccinal. Les débats pourraient reprendre ce mardi soir ou mercredi, date à laquelle le texte devait arriver au Sénat. Contretemps et camouflet pour le gouvernement qui voulait aller vite sur ce texte et espérait une adoption, au palais Bourbon, tard dans la nuit ou tôt ce matin. Mais la majorité n'a pas fait le poids dans l'hémicycle. Reportage de Rosalie Lafarge.

Ce qui s'est passé lundi soir à l'Assemblée nationale est rarissime et sonne comme une petite défaite pour l'exécutif, les précisions de Rosalie Lafarge

2 min

Les autres titres du journal

Rentrée scolaire sous le signe d'Omicron : Les syndicats d'enseignants et les représentants de parents d'élèves demandent davantage de moyens en cette rentrée sous le signe d'Omicron. De quoi aérer les salles de classes et assurer correctement le remplacement des profs absents.

Publicité

Une tempête de neige à Washington, mais toujours pas de flocon naturel à Pékin, à un mois des Jeux olympiques d’hiver. De la poudreuse artificielle sera utilisée, les défenseurs de l'environnement dénoncent une aberration écologique. Ces critiques sont balayées, sur place, par nombre de Chinois, également agacés par le boycott diplomatique lancé par les Etats-Unis.