Le covid-19 dans le monde au 11 janvier 2022
Le covid-19 dans le monde au 11 janvier 2022
Le covid-19 dans le monde au 11 janvier 2022 ©AFP - SIMON MALFATTO, SABRINA BLANCHARD / AFP
Le covid-19 dans le monde au 11 janvier 2022 ©AFP - SIMON MALFATTO, SABRINA BLANCHARD / AFP
Le covid-19 dans le monde au 11 janvier 2022 ©AFP - SIMON MALFATTO, SABRINA BLANCHARD / AFP
Publicité
Résumé

368 149 nouveaux cas de Covid ont été détectés mardi en France, un record mais l'Agence européenne du médicament et l'OMS indiquent que, sous la pression d'Omicron, plus contagieux mais moins dangereux, le Covid-19 va sortir de la phase pandémique pour devenir une maladie endémique, comme la grippe.

En savoir plus

Malgré le raz-de-marée Omicron, des responsables entrevoient une sortie de la pandémie : Plus de la moitié des Européens pourraient être touchés par le variant Omicron d'ici à deux mois, prévient l'OMS. Un habitant sur 25 en Ile-de-France a déjà été testé positif au cours des sept derniers jours. Mais ce "raz-de-marée" qui frappe aussi les Etats-Unis pourrait, grâce à l'immunité naturelle et la vaccination, transformer le Covid-19 en une maladie endémique selon l'OMS et l'Agence européenne du médicament. Mais quand deviendra-t-il un simple virus respiratoire saisonnier avec lequel on peut vivre aussi normalement que possible ? Dans un avenir très proche, selon le Dr Anthony Fauci, conseiller de la Maison Blanche sur la crise sanitaire. Malgré des hospitalisations record aux Etats-Unis, le Dr Fauci table désormais sur une bonne immunité de fond de la population. Suite logique, après deux ans de pandémie ou stratégie risquée ? Explications de Ouafia Kheniche. Certains syndicats d'enseignants pensent en tout cas que le gouvernement français cherche l'immunité collective en allégeant, notamment, le protocole sanitaire à l'école. Une nouvelle raison de faire grève jeudi selon eux.

Les enjeux sanitaires décryptés par Ouafia Kheniche

1 min

Vivre avec le Covid-19, c'est déjà le pari fait par Israël. Le pays entrouvre ses frontières et teste moins sa population. En clair, moins de restrictions face à Omicron, mais toujours la vaccination. Le pays, qui a vacciné le plus tôt et le plus rapidement, a décidé de réserver les tests PCR aux plus de 60 ans, aux voyageurs à l'international et - après dérogation - à certains professionnels en contact avec le public. Des scientifiques craignent que le recours aux tests antigéniques ou aux autotests ne fausse les statistiques.

Publicité

Reportage à Jérusalem de Frédéric Métézeau

1 min

En Espagne, dans un entretien accordé au quotidien El País,  le Premier ministre Pedro Sanchez affirme que le gouvernement va bientôt "ne plus considérer le Covid-19 comme une pandémie,  mais comme une maladie endémique, une maladie respiratoire de plus", sans détecter tous les cas, donc, ni comptabiliser les morts chaque jour. Des médecins espagnols estiment qu'il est trop tôt pour dire cela. C'est à la Une de la Revue de presse internationale de Camille Magnard.

En France, le pass vaccinal a été modifié par le Sénat, qui refuse la vérification d'identité par les cafetiers et restaurateurs. En toute fin de soirée mardi, la Haute assemblée a  supprimé la possibilité, pour les patrons de bars, cafés et restaurant, de vérifier l'identité des détenteurs du pass. Cette mesure controversée avait pourtant été maintenue en commission, sur des "modalités allégées".

Les autres titres du journal

"La privatisation de l'électricité nuit gravement à votre facture" : c'est le mot d'ordre lancé par les syndicats d'EDF, dans une campagne qui dénonce la concurrence voulue par l'Union européenne. Alors que le gouvernement cherche des solutions pour que le tarif réglementé de l’électricité n’augmente pas plus de 4% au 1er février, les syndicats d’EDF lancent, ce mercredi, une campagne de communication, à destination du grand public, pour demander que l’énergie redevienne un secteur public, en dehors donc des règles de concurrence imposées par l'Union européenne. Explications de Marie Viennot.

De nouvelles discussions, pour tenter de désamorcer le risque de guerre en Ukraine. Les États-Unis et leurs alliés européens vont négocier avec la Russie au siège de l'OTAN, à Bruxelles, deux jours après la rencontre Etats-Unis-Russie à Genève, consacrée à l'Ukraine.