Des étudiants devant le bâtiment principal de l'Université d'État de Moscou, le 8 février 2021.
Des étudiants devant le bâtiment principal de l'Université d'État de Moscou, le 8 février 2021.
Des étudiants devant le bâtiment principal de l'Université d'État de Moscou, le 8 février 2021. ©AFP - Alexandre NEMENOV
Des étudiants devant le bâtiment principal de l'Université d'État de Moscou, le 8 février 2021. ©AFP - Alexandre NEMENOV
Des étudiants devant le bâtiment principal de l'Université d'État de Moscou, le 8 février 2021. ©AFP - Alexandre NEMENOV
Publicité
Résumé

L'Ukraine accuse la Russie de commettre un génocide dans le Donbass. Moscou tente toujours de contrôler les informations qui filtrent, en Russie, sur ce conflit. Dans le viseur du Kremlin, désormais : les universités.

En savoir plus

La Russie mène "une politique évidente de génocide" dans le Donbass, a affirmé jeudi soir le président ukrainien. Selon Volodymyr Zelensky, Moscou pratique la "déportation" et les "tueries de masse de civils" dans l'est du pays, où la Russie a intensifié son offensive. Après plus de trois mois de conflit, les combats ont atteint une "intensité maximale" dans l'est, regrette le gouvernement ukrainien.

Le Kremlin ne parle pas de guerre, mais d'"opération militaire spéciale" à sa population, contrôlant depuis le début du conflit, le récit qui en est fait. Après la presse indépendante, le pouvoir russe semble désormais s'en prendre aux universités. Il en restait quelques unes alignées sur des valeurs promues par les Occidentaux, en matière de liberté d'expression et de droits humains, mais depuis la guerre, l'étau se resserre, déplorent certains.

Publicité

La correspondance à Moscou de Sylvain Tronchet

1 min

15 min

Les autres titres du journal

La Chine, deuxième économie du monde, ne résiste pas à la politique anti-Covid très stricte, mise en place par le pouvoir. La consommation est en chute libre, comme l'explique dans ce journal notre correspondant à Pékin, Sébastien Berriot.

La Première ministre Elizabeth Borne réunit le gouvernement ce vendredi matin à Matignon pour "définir les feuilles de route des ministres", accusés d'immobilisme par l'opposition et une partie de la majorité. Les précisions de Rosalie Lafarge, du service politique de France Culture.