Un étudiant brandit une pancarte contre les conditions de vie et d’étude qu'ils connaissent, lors d'une manifestation à Rennes, le 4 fevrier, 2021 ©AFP - Quentin Vernault / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Un étudiant brandit une pancarte contre les conditions de vie et d’étude qu'ils connaissent, lors d'une manifestation à Rennes, le 4 fevrier, 2021 ©AFP - Quentin Vernault / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Un étudiant brandit une pancarte contre les conditions de vie et d’étude qu'ils connaissent, lors d'une manifestation à Rennes, le 4 fevrier, 2021 ©AFP - Quentin Vernault / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Publicité
Résumé

Quand les études se transforment en parcours du combattant : pour suivre les cours sous pandémie il faut tenir la distance et supporter l'isolement. Pour répondre à leur détresse, l'exécutif a promis des "chèques psy" mais la circulaire n'a pas été signée et les étudiants attendent des consultations

En savoir plus

Quand les études se transforment en parcours du combattant pour suivre les cours, en ces temps de pandémie, on le sait, il faut tenir la distance. Pour toutes celles et ceux qui en souffrent, le gouvernement a créé un "chèque psy" - des consultations gratuites avec un psychologue - mais aucun chèque n'a été distribué. Quand va-t-on répondre à notre détresse ?, se demandent les étudiants. Face à l'isolement des étudiants, éloignés des bancs de la fac et de leurs amis à cause du Covid, cantonnés parfois entre 4 murs, dans une petite chambre, avec le sentiment de passer à côté des plus belles années de leur vie, Emmanuel Macron avait annoncé, fin janvier, la création d'un "chèque psy", donnant droit à trois consultations gratuites de 45 minutes avec un psychologue. Le gouvernement précise, d'ailleurs, sur son site Web que ce chèque est délivré par les médecins des services de santé universitaire depuis le 1er février. Sauf que la circulaire d'application n'a toujours pas été publiée par le ministère de l'Enseignement supérieur et les médecins ne peuvent toujours pas distribuer ces chèques aux étudiants. Une attente interminable, que les jeunes tentent de tromper comme ils peuvent. Reportage de Lucas Archassal.

Reportage de Lucas Archassal

1 min

Les autres titres du journal

Emmanuel Macron veut en faire un marqueur de la fin de son quinquennat : l'égalité des chances, notamment au sein de la haute fonction publique. C'est ce que le chef de l'Etat va promouvoir, ce matin, en se rendant à Nantes sur un site de formation des hauts fonctionnaires. Pour relancer l'ascenseur social, l'exécutif va notamment ouvrir un millier de places aux personnes issues de milieux modestes, qui souhaitent intégrer la haute fonction publique. Aujourd'hui, 70% des élèves de l’ENA ont un père qui travaille dans une profession dite "supérieure", contre 1% avec un père ouvrier.

Publicité

Des policiers hurlant de douleur, des élus terrifiés : de nouvelles vidéos ont été diffusées aux Etats-Unis pour montrer la violence inouïe de l'assaut sur le Capitole, début janvier. Les procureurs démocrates qui mènent l'accusation dans le procès en destitution de Donald Trump savent que la procédure a peu de chances d'aboutir mais ils veulent marquer l'opinion publique, avec des audiences retransmises en direct dans tous les Etats-Unis.