Vote pour le second tour des élections municipales, en pleine crise sanitaire, à Nice, le 28 juin 2020
Vote pour le second tour des élections municipales, en pleine crise sanitaire, à Nice, le 28 juin 2020
Vote pour le second tour des élections municipales, en pleine crise sanitaire, à Nice, le 28 juin 2020 ©AFP - ARIE BOTBOL / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Vote pour le second tour des élections municipales, en pleine crise sanitaire, à Nice, le 28 juin 2020 ©AFP - ARIE BOTBOL / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Vote pour le second tour des élections municipales, en pleine crise sanitaire, à Nice, le 28 juin 2020 ©AFP - ARIE BOTBOL / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Publicité
Résumé

Hanté par le spectre des municipales, l'exécutif a sondé les élus locaux pour savoir si les élections régionales et départementales devaient bien se tenir en juin prochain. Les maires ont répondu "oui" à 56%. Mais ce maintien divise encore la majorité, avant un vote à l'Assemblée ce mardi.

En savoir plus

Certains écument déjà les marchés, d'autres misent davantage sur le numérique, pour cause de crise sanitaire : les candidat.e.s aux élections régionales tentent de garder un lien avec les électeurs avant le scrutin de juin prochain. Le Premier ministre Jean Castex est attendu à l'Assemblée nationale pour un débat suivi d'un vote cet après-midi, sur le maintien des élections régionales et départementales au mois de juin. Cette décision a été prise après la consultation controversée des maires ce week-end, dont le résultat a été dévoilé lundi soir. Près de 70% des élus ont répondu. Ils sont 56% à s'être prononcés en faveur de l'organisation des régionales et des départementales les 13 et 20 juin prochains. Les députés vont désormais voter cet après-midi et les sénateurs demain. Maintenir les élections en juin, c'est ce que le Premier ministre défendra, ce mardi après-midi, devant les députés. Jean Castex sera-t-il entendu dans l'hémicycle ? La question divise la majorité présidentielle, hantée par le spectre des municipales en mars et juin derniers, maintenues malgré la crise sanitaire. Reportage de Rosalie Lafarge. 

Les explications de Rosalie Lafarge

1 min

Les autres titres du journal

La France s'approche inexorablement du seuil des 100.000 morts du Covid et la pression épidémique ne retombe pas dans les hôpitaux. Crainte accrue face au variant brésilien, plus dangereux, plus résistant aux vaccins. Il faut isoler les voyageurs qui viennent du Brésil, demandent des médecins.

Publicité

Sur le front sanitaire, encore, la contestation s'organise en Italie. Commerçants et restaurateurs ne cessent de demander la réouverture de leurs établissements. Ils étaient déjà plusieurs centaines, lundi, bravant une interdiction de manifester.

Le Japon va rejeter à la mer plus d'un million de tonnes d'eau issue de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima. Irresponsable, s'indigne déjà la Chine.

La location des passoires thermiques bientôt interdite en France, d'ici 2025. Les députés l'ont voté, lundi, dans le cadre du projet de loi Climat et Résilience. L'opposition demande d'aller plus loin et d'augmenter les aides pour rénover les logements, un sur six doit être rénové en France.