Les bénéficiaires des APL toucheront finalement que la prime de 100 euros contrairement aux annonces d'Emmanuel Macron et Jean Castex.
Les bénéficiaires des APL toucheront finalement que la prime de 100 euros contrairement aux annonces d'Emmanuel Macron et Jean Castex. ©AFP - LILIAN CAZABET / HANS LUCAS
Les bénéficiaires des APL toucheront finalement que la prime de 100 euros contrairement aux annonces d'Emmanuel Macron et Jean Castex. ©AFP - LILIAN CAZABET / HANS LUCAS
Les bénéficiaires des APL toucheront finalement que la prime de 100 euros contrairement aux annonces d'Emmanuel Macron et Jean Castex. ©AFP - LILIAN CAZABET / HANS LUCAS
Publicité

Douche froide pour les bénéficiaires des APL : Emmanuel Macron leur avait promis une aide exceptionnelle de 150€ + 100€ par enfant. Revirement, hier soir, et indignation d'associations comme la Fondation Abbé Pierre car cela devait notamment aider les jeunes, déjà perturbés par le couvre-feu.

Douche froide pour les bénéficiaires des APL : Emmanuel Macron leur avait promis une aide exceptionnelle de 150€ + 100€ par enfant. Revirement, hier soir, et indignation d'associations comme la Fondation Abbé Pierre car cela devait notamment aider les jeunes. Emmanuel Macron était pourtant catégorique, hier : "pour les bénéficiaires du RSA et des APL - ce qui touche du coup tous les jeunes très largement, les 18/25 ans - d'avoir une aide exceptionnelle, pendant ces 6 semaines qui viennent, de 150 euros plus 100 euros par enfant". Le Premier ministre Jean Castex, lui, a également confirmé cette annonce, hier, lors de sa conférence de presse. Mais finalement, l'entourage du Premier ministre a précisé que seuls les bénéficiaires du RSA et de l'Allocation de solidarité spécifique, pour les chômeurs en fin de droits, toucheraient cette aide de 150 euros, auxquels s'ajouteront 100 euros par enfant. Les bénéficiaires des APL toucheront eux uniquement la prime de 100 euros par enfant. Ce couac dérange du côté de la Fondation Abbé Pierre : Christophe Robert, délégué général de la Fondation, craint notamment que certains jeunes, isolés de leurs familles, se retrouvent sans soutien. Les moins de 25 sont part ailleurs privés de revenu minimum, ce que réclame la Fondation Abbé Pierre.

"Difficile d'avoir 20 ans en 2020", comme le disait Emmanuel Macron, mercredi soir : de nombreux jeunes ont du mal à se faire à l'idée de passer des soirées sous couvre-feu, dès 21h en Ile-de-France et dans huit autres métropoles, - Aix-Marseille, Lille, Toulouse, Grenoble, Lyon, Montpellier, Rouen et Saint-Etienne. Pour celles et ceux qui vivent dans dans de petits appartements et qui suivent déjà des cours à distance, l'isolement ,dès 21h, risque de peser. Témoignages et regard d'un psychologue au micro de Marc Podevin.

Publicité

Les autres titres du journal

A cause de la crise sanitaire, les élections régionales et départementales prévues en mars seront-elles reportées ? Le gouvernement pose la question aux partis politiques, qui craignent une manipulation électoraliste orchestrée par Emmanuel Macron.

A la Une, encore, un curieux duel télévisé à distance aux Etats-Unis entre Donald Trump et Joe Biden. Les rivaux de la présidentielle ont une nouvelle fois affiché de profonds désaccords sur la gestion de l'épidémie de Covid-19. Donald Trump a refusé de condamner des conspirationnistes QAnon. 

L'équipe