Après les "gilets jaunes", un peu plus de 10.000 "foulards rouges" défilent à Paris
Après les "gilets jaunes", un peu plus de 10.000 "foulards rouges" défilent à Paris
Après les "gilets jaunes", un peu plus de 10.000 "foulards rouges" défilent à Paris  ©Maxppp - PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP
Après les "gilets jaunes", un peu plus de 10.000 "foulards rouges" défilent à Paris ©Maxppp - PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP
Après les "gilets jaunes", un peu plus de 10.000 "foulards rouges" défilent à Paris ©Maxppp - PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP
Publicité
Résumé

Quelque 10 500 "foulards rouges", selon la police, ont défilé à Paris pour "défendre la démocratie et les institutions" face aux violences qui ont émaillé la crise des "gilets jaunes". Ces derniers, qui contestent toujours la politique du gouvernement, étaient 69 000 à manifester, samedi, en France.

En savoir plus

Plusieurs milliers de personnes à Paris, hier, pour répondre aux violences imputées aux "gilets jaunes" : 10 500 foulards rouges ont défilé, entre les places de la Nation et de la Bastille, selon un décompte du ministère de l'Intérieur. La manifestation s'est déroulée dans le calme, avec parfois de vifs échanges entre des "foulards rouges" et des "gilets jaunes" venus observer ce rassemblement. Echanges tendus recueillis par Marjorie Péjac.

Lors d'une conférence de presse organisée à l'hôpital Cochin, Jérôme Rodrigues, l'une des figures du mouvement des "gilets jaunes", réaffirme avoir subi un tir de lanceur de balles de défense
Lors d'une conférence de presse organisée à l'hôpital Cochin, Jérôme Rodrigues, l'une des figures du mouvement des "gilets jaunes", réaffirme avoir subi un tir de lanceur de balles de défense
© AFP - CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

"Gilets jaunes" : Jérôme Rodrigues réaffirme avoir été blessé par un tir de LBD. Cette figure du mouvement des "gilets jaunes", blessée gravement à l’œil, samedi lors d'une manifestation à Paris, réaffirme avoir subi un tir de lanceur de balles de défense (LBD), après s'être entretenu avec l'Inspection générale de la Police nationale (IGPN), chargée de l'enquête. Lors d'une conférence de presse organisée à l'hôpital Cochin, où il est hospitalisé, Jérôme Rodrigues a expliqué s'être entretenu avec "la police des polices" pendant près de deux heures. Le secrétaire d'Etat à l'Intérieur, Laurent Nuñez, a déclaré à LCI qu'il n'y avait "aucun élément" permettant d'affirmer que Jérôme Rodrigues avait été touché par un tir de lanceur de balles de défense. Reportage de Gaële Joly.

Publicité

Les autres titres du journal

Les grands patrons français doivent être fiscalement domiciliés en France, exige Bruno Le Maire

Catastrophe au Brésil : 58 morts, 305 disparus après la rupture d'un barrage minier

Le président autoproclamé du Venezuela, Juan Guaido, a appelé à deux nouvelles manifestations, mercredi et samedi, pour faire basculer l'armée, principal soutien du président élu Nicolas Maduro, et accompagner l'ultimatum européen en faveur d'élections libres