Alep, en Syrie
Alep, en Syrie
Alep, en Syrie ©AFP - GEORGE OURFALIAN
Alep, en Syrie ©AFP - GEORGE OURFALIAN
Alep, en Syrie ©AFP - GEORGE OURFALIAN
Publicité
Résumé

Une lente descente aux enfers. C'est ce qu'endurent des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants dans les quartiers est-d'Alep, la métropole du nord de la Syrie. Près de 20.000 civils ont dû fuir en 72h, devant l'offensive des forces pro-régime, dans les quartiers jusque là tenus par les rebelles.

En savoir plus

La communauté internationale va-t-elle rester silencieuse face à ce qui pourrait être le plus grand massacre de civils depuis la Seconde Guerre mondiale ? L'ambassadeur de la France aux Nations unies n'est pas le seul à alerter sur le sort des Syriens à Alep-Est, affamés, bombardés par le régime de Bachar al Assad et ses alliés. Près de 20.000 civils ont dû fuir devant l'offensive des forces pro-régime, dans les quartiers jusque là tenus par les rebelles. Et l'ONU de condamner "l'intensification des combats au sol et les bombardements aériens aveugles". Et l'ONU de constater, encore, que plus aucun hôpital ne fonctionne et "les stocks alimentaires sont pratiquement épuisés". En attendant un sursaut de la communauté internationale, des dizaines et des dizaines de milliers d'habitants vivent - ou plutôt survivent - sous les bombes de Damas et de Moscou. Omar Ouahmane, notre correspondant dans la région, a pu joindre une famille qui a décidé de rester à Alep-Est, malgré le danger.

Une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU se tiendra à New York dans la matinée, à la demande de la France, sur la "catastrophe humanitaire" à Alep. Mais Paris pourrait en faire encore davantage. C'est l'avis, en tout cas, d'un collectif d'associations, reçu, hier, à l'Elysée. Reportage d'Isabelle Labeyrie.

Publicité
François Fillon remanie la direction de son parti Les Républicains
François Fillon remanie la direction de son parti Les Républicains
© AFP - STAFF AFP

François Fillon remanie la direction de son parti : Il veut en faire une machine électorale, à son service, en vue de la présidentielle 2017. François Fillon réorganise le parti Les Républicains après sa victoire à la primaire, dimanche. Il a nommé des représentants de tous ses anciens adversaires mais il a aussi tout vérouillé, en plaçant des hommes à lui à des postes-clés. C'est notamment Gérard Larcher, le président du Sénat, qui va diriger le comité politique. Le député de Savoie, Bernard Accoyer est nommé, lui, secrétaire général. Et puis, au poste stratégique de directeur général, il a désigné son directeur de campagne de la primaire, Patrick Stefanini. Comment va-t-il orchestrer la machinerie "Fillon" qui est en train de se mettre en place ? Explications au micro de Stéphane Robert.

Jean-Luc Mélenchon se pose en seul adversaire capable de battre François Fillon à la présidentielle : Jean-Luc Mélenchon, le candidat de la France insoumise était en meeting, hier, à Bordeaux. Quelque 2.000 personnes étaient venues écouter celui qui a choisi de ne pas participer à la primaire de la gauche. Reportage de Laurence Peuron.

Des conditions de travail douteuses chez McDonald's ? L’Union européenne va enquêter sur les conditions de travail chez Mc Donald’s en Europe. Hier, le Parlement européen a auditionné des syndicalistes français, belges et britanniques du secteur de l'alimentation. Une audition à laquelle Joana Hostein a assisté à Bruxelles.