François Fillon et Alain Juppé ©AFP - Eric FEFERBERG  POOL  AFP
François Fillon et Alain Juppé ©AFP - Eric FEFERBERG POOL AFP
François Fillon et Alain Juppé ©AFP - Eric FEFERBERG POOL AFP
Publicité
Résumé

Alain Juppé et François Fillon se sont affrontés, hier, lors d'un dernier débat télévisé. Sans grand éclat, mais projet contre projet, François Fillon semble a marqué encore plus de points sur Alain Juppé.

avec :

Catherine Duthu (Journaliste à la rédaction de France Culture, présentatrice des journaux de 7h, 7h30 et 9h, membre du jury du Prix France Culture BD des étudiants.).

En savoir plus

Dernier débat télévisé de la primaire à droite : Ses attaques avaient semé le trouble jusque dans son propre camp. Alain Juppé était plus dans la retenue, hier, face à François Fillon, lors du dernier débat télévisé de la primaire de la droite et du centre. Avant le second tour, dimanche prochain, les deux hommes ont décoché quelques coups. Face aux attaques du maire de Bordeaux, sur le plan sociétal et l'IVG notamment, François Fillon a dû se défendre. "Evidemment je ne toucherai à rien dans ce domaine, c'est la loi Veil, toute la loi Veil" a déclaré le député de Paris. Mais celui qui est favori pour l'investiture présidentielle à droite a finalement pris le dessus, hier soir, dans ce duel à fleurets mouchetés. C'est en tout cas votre analyse, Stéphane Robert : François Fillon a su toucher le coeur de l'électorat de droite.

Nouvelle baisse du chômage en octobre, bouffée d'oxygène pour François Hollande : Dans la course pour 2017, François Hollande avait fait de la baisse du chômage sa boussole. Hier, les chiffres pour le mois d'octobre ont été publiés : 11.700 demandeurs d'emploi de moins en octobre. C'est un recul de 0,3% par rapport à septembre. Un mois qui avait déjà vu une baisse du chômage. Cela permet au gouvernement d'afficher une baisse de plus 100.000 chômeurs sans activité depuis le début de l'année. François Hollande estime que "la bataille porte ses fruits", ce qui constitue un jalon de plus vers une éventuelle nouvelle candidature à la présidentielle. Ces chiffres encourageants, ne permettent pas, pour autant, d'affirmer que la tendance au repli du chômage est générale et durable. Il faudra sans doute plusieurs mois pour en avoir la certitude. Décryptage de Jean-Marc Chardon.

Publicité

Jacqueline Sauvage reste en prison : La cour d'appel de Paris a rejeté, hier, sa demande de libération conditionnelle. Cette femme de 68 ans avait été condamnée à dix ans de prison pour le meurtre de son mari violent. Le président de la république lui avait accordé une grâce partielle qui lui permettait - justement - de déposer r-immédiatement une demande de libération. La cour d'appel a donc décidé de maintenir en détention Jacqueline Sauvage alors que le parquet ne s'était pas opposé à une libération conditionnelle...La cour estime que Jacqueline Sauvage continue à se poser en victime, que sa demande de libération est prématurée. Raisons déjà avancées par le tribunal d'application des peines en première instance. Une décision choquante, pour l'une des avocates de Jacqueline Sauvage, Nathalie Tomasini, l'une des deux avocates de Jacqueline Sauvage, interrogée par Florence Sturm. Les avocates de Jacqueline Sauvage envisagent de se pourvoir en Cassation. En attendant, la fin de peine de Jacqueline Sauvage est désormais fixée au 2 juillet 2018.

L'image de la police ternie ? 10 mois à 3 ans de prison avec sursis. C'est ce qu'a requis le procureur contre trois policiers, jugés au tribunal de Bobigny pour avoir blessé des manifestants avec des flashballs, à Montreuil, en 2009. Un des blessés avait perdu un oeil. Le procureur a considéré la réponse des policiers comme violence illégitime. Dans une autre affaire, le tribunal administratif de Nantes doit se prononcer aujourd'hui sur la responsabilité de l'Etat ou non après qu'un homme avait été éborgné lors d'une manifestation lycéenne à Nantes, touché par un tir de balles de défense, en 2007. Pour le rapporteur public, le ministère de l'Intérieur a "commis une faute" en autorisant ces armes à balles souples, lors de ce rassemblement. Autant d'affaires qui ternissent l'image de la police. Des forces de l'ordre, déjà mal-aimées par rapport à d'autres polices, en Europe, selon Sébastian Roché, auteur du livre "De la police en démocratie" chez Grasset, joint par Charlotte Coutard.

Série d'incendies en Israël : Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu prévient : les autorités traiteront comme un "acte de terrorisme" tout incendie allumé volontairement, alors que son pays est en proie depuis trois jours à une succession d'incendies. Haïfa est la ville la plus menacée. 60.000 personnes ont dû être evacuées de leur logement. Correspondance d'Etienne Monin.