L'attaque a eu lieu près du marché de Noël
L'attaque a eu lieu près du marché de Noël ©Maxppp - Jean-Marc LOOS
L'attaque a eu lieu près du marché de Noël ©Maxppp - Jean-Marc LOOS
L'attaque a eu lieu près du marché de Noël ©Maxppp - Jean-Marc LOOS
Publicité

Une attaque hier au marché de Noël à Strasbourg a causé la mort d'au moins 3 personnes et en a blessé 13 autres, dans 3 points de la ville. Le suspect est toujours en fuite, il était connu de la police, fiché S depuis 2 ans, et poursuivi pour des faits de droits communs.

Six-cent personnes, policiers et militaires, sont toujours à la recherche de l'homme qui a tué 3 personnes et en a blessé 13 autres hier, à Strasbourg, en plein marché de Noël. L'homme a échangé des coups de feu avec les forces de l'ordre mais réussi à s'enfuir. 

Ses attaques se sont déroulées dans 3 points de la ville. Le suspect était connu des services de police, fiché S depuis deux ans,  il avait commis plusieurs méfaits dans la région, en Allemagne également. Il pourrait  être caché dans le quartier du Neudorf où il a de la famille et où il fréquentait les milieux islamistes. Le point complet avec Florence Sturm.

Publicité

C'est une mesure de plus, pour tenter  d'apaiser des "gilets jaunes" toujours en colère: les banques ont promis hier à l'Elysée qu'elles n'augmenteraient pas les frais bancaires l'année prochaine. Un effort supplémentaire, alors que la colère des "gilets jaunes" ne semblaient pas vraiment refluer hier, malgré un soutien un peu moins massif de l'opinion.

Les "gilets jaunes" continuent ça et là leurs opérations de blocage. Le gouvernement lui a mené hier le service après-vente des annonces de lundi soir, auprès notamment de députés inquiets. Le reportage d'Anne Fauquembergue.

L'Argentine continue de panser les plaies de la dictature, par le biais de la justice notamment. Deux anciens dirigeants de l'usine du constructeur américain Ford étaient en procès ces derniers jours : ils ont été condamnés hier à 10 et 12 ans de prison pour crimes contre l'humanité pour avoir séquestré et torturé des ouvriers au sein même de l'usine Ford en 1976.
A Buenos Aires, les explications de Caroline Vicq

Au tribunal de San Martin, où ont été condamnés les 2 anciens dirigeants de l'usine Ford de General Pacheco, près de Buenos Aires. L'ex directeur et l'ex chef de la sécurité de l'usine ont fait appel
Au tribunal de San Martin, où ont été condamnés les 2 anciens dirigeants de l'usine Ford de General Pacheco, près de Buenos Aires. L'ex directeur et l'ex chef de la sécurité de l'usine ont fait appel
© AFP - Juan Mabromata

L'équipe

Sophie Delpont
Sophie Delpont
Sophie Delpont
Journaliste