Manifestation de salariés de la raffinerie Total de Grandpuits (Seine-et-Marne) le 26 janvier 2021, à La Défense, près de Paris.
Manifestation de salariés de la raffinerie Total de Grandpuits (Seine-et-Marne) le 26 janvier 2021, à La Défense, près de Paris.
Manifestation de salariés de la raffinerie Total de Grandpuits (Seine-et-Marne) le 26 janvier 2021, à La Défense, près de Paris. ©Maxppp - Christophe Petit Tesson
Manifestation de salariés de la raffinerie Total de Grandpuits (Seine-et-Marne) le 26 janvier 2021, à La Défense, près de Paris. ©Maxppp - Christophe Petit Tesson
Manifestation de salariés de la raffinerie Total de Grandpuits (Seine-et-Marne) le 26 janvier 2021, à La Défense, près de Paris. ©Maxppp - Christophe Petit Tesson
Publicité
Résumé

En pleine crise sanitaire, la crise économique et sociale s'exprime ce jeudi à travers un appel à la grève et à la manifestation par plusieurs syndicats, les organisations de jeunesse et le monde de la culture.

En savoir plus

Il y a les aides, les prêts garantie par l'État le plan de relance, "quoiqu'il en coûte" pour le dire comme le chef de l'Etat. Et puis il y a la réalité : la crise économique sociale et les annonces de plans sociaux qui se succèdent.

L'inquiétude et la colère montent et vont tenter de s'exprimer, malgré les restrictions sanitaires, dans la rue ce jeudi. A l'appel de la CGT, FSU et Solidaires pour une journée de mobilisation et de grève, à laquelle comptent bien participer, les salariés de la raffinerie Total de Grandpuits en Seine-et-Marne. Ils sont en grève depuis plus d'un mois contre les 200 suppressions de postes qui accompagnent la reconversion du site en usine de production de biocarburants. Et ils ne veulent pas que leur combat reste isolé.

Publicité
A Grandpuits-Bailly-Carrois, le 27 janvier 2021, panneau affichant le 23e jour de grève, avec un rassemblement des raffineurs en grève contre la fermeture de ce site Total qui doit être remplacé dès 2024 par une "plateforme zéro pétrole".
A Grandpuits-Bailly-Carrois, le 27 janvier 2021, panneau affichant le 23e jour de grève, avec un rassemblement des raffineurs en grève contre la fermeture de ce site Total qui doit être remplacé dès 2024 par une "plateforme zéro pétrole".
© AFP - Martin Noda / Hans Lucas
Un raffineur sur le piquet de grève devant l’entrée de la raffinerie Total de Grandpuits (Seine-et-Marne), le 2 février 2021.
Un raffineur sur le piquet de grève devant l’entrée de la raffinerie Total de Grandpuits (Seine-et-Marne), le 2 février 2021.
© Radio France - Timour Ozturk

Les autres titres du journal

Le gouvernement va faire le point ce jeudi soir sur l'épidémie de Covid-19 et la progression du variant anglais notamment. Il est désormais identifié dans près de 14% des cas positifs d'après la dernière étude en date. Mais aucune nouvelle annonce n'est prévue ce jeudi soir.

Plus d'un milliard et demi d'euros pour lutter contre le cancer. Le président Emmanuel Macron doit dévoiler ce jeudi la stratégie de la France sur le sujet pour les dix prochaines années.

Six mois après l'explosion au port de Beyrouth au Liban, la reconstruction et l'enquête sont au point mort. Témoignage d'une rescapée.

Mussolini footballeur, un descendant direct du Duce est la nouvelle recrue de la Lazio de Rome.