Jean-Louis Borloo et Emmanuel Macron lors d'une visite Centre social intercommunal de la Dhuys, à Clichy-sous-Bois (93) ©AFP - LUDOVIC MARIN / POOL
Jean-Louis Borloo et Emmanuel Macron lors d'une visite Centre social intercommunal de la Dhuys, à Clichy-sous-Bois (93) ©AFP - LUDOVIC MARIN / POOL
Jean-Louis Borloo et Emmanuel Macron lors d'une visite Centre social intercommunal de la Dhuys, à Clichy-sous-Bois (93) ©AFP - LUDOVIC MARIN / POOL
Publicité
Résumé

Pas de grandes annonces, mais un "cap" pour les banlieues. Emmanuel Macron reçoit les acteurs de la "politique de la ville". Le Président va dévoiler quelques initiatives sans reprendre toutes les propositions du rapport Borloo, considérant qu'il n'aborde pas assez la sécurité et le communautarisme.

En savoir plus

Donner une "vision", un "sens" plutôt qu'un "catalogue de mesures" : voila comment Emmanuel Macron veut aider les banlieues. Déjà, l'Elysée fait savoir que le rapport Borloo ne tient pas assez compte des soucis liés à la sécurité et au communautarisme. Les élus s'inquiètent avant le discours du Président, ce mardi matin à l'Elysée. Aborder la question des quartiers prioritaires "par le seul prisme" de ces deux notions serait réducteur, selon Driss Ettazaoui, vice-président de l'association Ville et Banlieues et adjoint au maire d'Evreux (27). "Je préfère qu'on parle d'emploi, d'éducation, de sport, de logement", ajoute-t-il.

4 min

Les autres titres du journal

A quelques heures de premières affectations post-Baccalauréat, les lycéens espèrent être tous orientés. La plateforme "Parcoursup" donnera une réponse aux 810.000 bacheliers et étudiants en ré-orientation, à partir de 18h. "Plus de la moitié" d'entre eux recevront une réponse positive", ce mardi soir, promet le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer.

Publicité

Des écoles fermées. Certaines cantines à l'arrêt. Des avions cloués au sol. Les fonctionnaires sont appelés à faire grève, ce mardi, contre la réforme de la fonction publique et la communication jugée opaque du gouvernement. L’exécutif souhaite assouplir le système de la fonction publique, mais en a-t-il besoin? Question posée à Annabelle Grelier. 

Sergio Matarella se laisse le temps de la réflexion et des consultations pour nommer le chef du gouvernement italien. Les leaders de la Ligue d'extrême droite et du Mouvement populiste 5 étoiles lui ont remis leur accord de coalition. Ils proposent Guiseppe Conte. Un juriste âgé de 54 ans, inconnu du grand public et inexpérimenté en politique. Pendant ce temps, la Ligue adoucit son discours pour rassurer l'Union européenne. 

Au Mexique, les assassinats se multiplient à un mois et demi des élections. Les cartels font régner la peur pour mieux maîtriser les candidats. 36 d'entre eux ont été tués ces dernières semaines.