Emmanuelle Bercot et Claire Denis au moment de remettre le César de la meilleure réalisation à Roman Polanski, absent de la cérémonie, le 28 février 2019 à Paris. ©AFP - Bertrand GUAY
Emmanuelle Bercot et Claire Denis au moment de remettre le César de la meilleure réalisation à Roman Polanski, absent de la cérémonie, le 28 février 2019 à Paris. ©AFP - Bertrand GUAY
Emmanuelle Bercot et Claire Denis au moment de remettre le César de la meilleure réalisation à Roman Polanski, absent de la cérémonie, le 28 février 2019 à Paris. ©AFP - Bertrand GUAY
Publicité
Résumé

L'actrice Adèle Haenel a quitté vendredi la 45e cérémonie des César après l'annonce de l'attribution du prix de la meilleure réalisation à Roman Polanski pour son film "J'accuse". Le cinéaste franco-polonais est accusé de viols par plusieurs femmes.

En savoir plus

De tous les lauréats vendredi soir, un nom a particulièrement marqué la cérémonie des César, celui de Roman Polanski. Le cinéaste franco-polonais de 86 ans, accusé par plusieurs femmes de viols et d'agressions sexuelles, a reçu le prix de la meilleure réalisation pour J'accuse, son film consacré à l'affaire Dreyfus. 

Ce long-métrage était nommé douze fois et l'a emporté dans trois catégories au total : meilleure réalisation, meilleure adaptation et meilleurs costumes. Dans la salle Pleyel (à Paris), comme devant, le public a vivement réagi. Un moment tendu et gênant, raconté par Anne Lamotte.

Publicité

Roman Polanski, César de la meilleure réalisation malgré les accusations

1 min

Le César du meilleur film a quant à lui été attribué à Ladj Ly pour Les Misérables.

Les autres titres du journal

La France entre dans une nouvelle phase de l'épidémie de coronavirus. Nous ferons le point sur les contaminations sur notre sol. Nous nous pencherons aussi sur le cas de la Suisse, où le mondial de l'auto est annulé en raison de l'épidémie, avec notre correspondant Jérémie Lanche.

Que pensent les Afghans de l'accord historique qui sera signé aujourd'hui entre les États-Unis et les talibans ? C'est bientôt la fin de deux décennies d'interventionnisme américain. Reportage à Kaboul, capitale de l'Afghanistan, signé Sonia Ghezali.

L'Afrique du Sud tente de sauver sa compagnie aérienne publique, South African Airways. Une dizaine de lignes vont fermer, la faute à des années de mauvaise gestion et des scandales de corruption. Explications de notre correspondante, Claire Bargelès.