Selon la police municipale, 350.000 personnes ont participé à la manifestation anti-indépendance, ce dimanche, à Barcelone. 930 à 950.000 selon les organisateurs.
Selon la police municipale, 350.000 personnes ont participé à la manifestation anti-indépendance, ce dimanche, à Barcelone. 930 à 950.000 selon les organisateurs.
Selon la police municipale, 350.000 personnes ont participé à la manifestation anti-indépendance, ce dimanche, à Barcelone. 930 à 950.000 selon les organisateurs.  ©AFP - LLUIS GENE
Selon la police municipale, 350.000 personnes ont participé à la manifestation anti-indépendance, ce dimanche, à Barcelone. 930 à 950.000 selon les organisateurs. ©AFP - LLUIS GENE
Selon la police municipale, 350.000 personnes ont participé à la manifestation anti-indépendance, ce dimanche, à Barcelone. 930 à 950.000 selon les organisateurs. ©AFP - LLUIS GENE
Publicité
Résumé

Ils avaient jusque-là laissé la rue aux indépendantistes. Les partisans de l'unité espagnole ont fait entendre leur voix, ce weekend. Certains manifestaient pour la première fois.

En savoir plus
  • Le réveil de la majorité silencieuse en Espagne. Le weekend a laissé des traces dans le conflit qui oppose indépendantistes et pouvoir central. Des centaines de milliers de personnes ont prôné l'unité et le dialogue. Nous rejoindrons Marie-Hélène Ballestero, à Madrid, dans un instant. Demain, Carlès Puigdemont prendra la parole devant le Parlement catalan.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

  • Nous irons aussi à Londres, où l'on déplore les lenteurs des négociations sur le Brexit. "Plus on attend, plus le divorce sera cher" expliquent les économistes. Une cinquième séance de discussions débute aujourd'hui.
  • 1.600 membres présumés du groupe djihadiste Boko Haram sont devant la justice nigériane. C'est assez rare que ces arrestations soient suivies d'un procès. Celui-ci se déroulera à huis-clos dans différents centres de détention militaires. Une action emblématique.
  • Le Che est mort il y a 50 ans. Hommages à Cuba, depuis ce weekend. En Bolivie - où il a été exécuté - le révolutionnaire n'est pas si estimé, vous l'entendrez.
Le président bolivien, Evo Morales, a parcouru une partie de la route utilisée par le Che, il y a 50 ans. Che Guevara a été exécuté à La Higuera le 9 octobre 1967.
Le président bolivien, Evo Morales, a parcouru une partie de la route utilisée par le Che, il y a 50 ans. Che Guevara a été exécuté à La Higuera le 9 octobre 1967.
© AFP - ENZO DE LUCA-ABI / ABI
  • Dans ce journal également : présentation de la semaine sociale, à venir, en France. Les syndicats réussiront-ils à s'entendre pour se mobiliser ensemble? En tous cas, dès demain, les agents de la fonction publique sont appelés à faire grève. Peut-être l'amorce d'un nouveau souffle syndical, nous dira Jean-Marc Chardon.
Références

L'équipe

Martin Desclozeaux
Réalisation