Des dizaines de salariés de GM&S ont accueilli Emmanuel Macron, ce mercredi, sur le campus de formation d'Egletons (Corrèze)
Des dizaines de salariés de GM&S ont accueilli Emmanuel Macron, ce mercredi, sur le campus de formation d'Egletons (Corrèze)
Des dizaines de salariés de GM&S ont accueilli Emmanuel Macron, ce mercredi, sur le campus de formation d'Egletons (Corrèze) ©AFP - PASCAL LACHENAUD
Des dizaines de salariés de GM&S ont accueilli Emmanuel Macron, ce mercredi, sur le campus de formation d'Egletons (Corrèze) ©AFP - PASCAL LACHENAUD
Des dizaines de salariés de GM&S ont accueilli Emmanuel Macron, ce mercredi, sur le campus de formation d'Egletons (Corrèze) ©AFP - PASCAL LACHENAUD
Publicité
Résumé

La petite phrase présidentielle, prononcé ce mercredi en Corrèze, provoque un tollé. Les élus socialistes, France Insoumise et Les Républicains dénoncent un mépris de classe. L'Elysée tente de répliquer. Le Président "dit ce qu'il pense".

En savoir plus
  • Alors que des heurts venaient d'opposer des manifestants de l'entreprise creusoise GMetS aux forces de l'ordre à Egletons (Corrèze), Emmanuel Macron s'est confié au président de la Nouvelle Aquitaine - micros ouverts : Certains feraient mieux de chercher du travail "au lieu de foutre le bordel", a-t-il lâché. Des élus socialistes, France Insoumise et Les Républicains dénoncent un mépris de classe. L'Elysée a bien du mal à éteindre le feu, nous dira Ludovic Piedtenu.
  • Accord trouvé entre les routiers et le gouvernement. Mais à quel prix? L'exécutif leur garantit le maintient de diverses primes, rognant ainsi sur sa réforme du droit du travail. Explications et analyse d'Anne-Laure Chouin dans un instant.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

  • Nous nous pencherons aussi sur l'utilisation du glyphosate. L'herbicide, controversé, est accusé par certains d'être cancérigène. Le dossier est sur la table de Bruxelles, et la position de la France semble confuse.
  • Le système éducatif français est de plus en plus cher, et de moins en moins performant. Bilan, sans concession, dressé par la Cour des comptes. L'absentéisme des enseignants est notamment décrié, vous l'entendrez.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

  • Dans ce journal également : deux prises de parole, en Espagne. Le président catalan cherche une médiation pour proclamer l'indépendance, sans violence. Madrid refuse. Un député européen espagnol crie même à une tentative de "putsch".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.