Sans soutien de l'Etat, explique l'AMF, les communes auront du mal à relancer leur économie locale ©AFP - ADRIEN NOWAK / HANS LUCAS
Sans soutien de l'Etat, explique l'AMF, les communes auront du mal à relancer leur économie locale ©AFP - ADRIEN NOWAK / HANS LUCAS
Sans soutien de l'Etat, explique l'AMF, les communes auront du mal à relancer leur économie locale ©AFP - ADRIEN NOWAK / HANS LUCAS
Publicité
Résumé

Les maires de France demandent à l'Etat une aide financière au même titre que celle attribué aux entreprises. Les communes ont perdu beaucoup d'argent avec la crise sanitaire et les impôts locaux pourraient augmenter.

En savoir plus

Deux milliards d'euros : c'est la somme d'argent perdu par les 36 000 communes de France en 2020 à cause de la crise sanitaire. Le chiffre est donné par l'Association des maires de France et la Banque des Territoires. Toutes deux concèdent que des économies ont bien été faites avec l'annulation d’événements, mais il a, dans le même temps, fallu financer des masques, gel hydroalcoolique. Il a aussi fallu garder des contrats d'assurance ou des salaires, sans parler des nouvelles dépenses de nettoyage ou de télé-travail. Sans aide supplémentaire, un tiers des communes envisage donc d'augmenter en 2020 les impôts, dont la taxe foncière.

Le reportage de Valentine Letesse

1 min

Les autres titres du journal

La CFDT et le Medef sont main dans la main pour réclamer l'élargissement des critères de vaccination dans les entreprises. La médecine du travail est sous-exploitée, selon eux.

Publicité

A l'heure où l'on vaccine à tour de bras en Europe, la Commission européenne veut rouvrir les frontières aux touristes. Encore faut-il que les 27 pays-membres se mettent d'accord.

Le projet de loi "Climat et Résilience" doit être validé ce mardi en deuxième lecture. Après deux semaines de débats à l'Assemblée,il divise toujours autant.

En Espagne, des élections régionales ont lieu ce mardi, dans la région madrilène. Il s'agit de la plus riche du pays. Ces élections sont marquées par un clivage entre communistes et fascistes.