Des militants indépendantistes fêtaient vendredi soir la proclamation d'indépendance ©Maxppp - Matthias Oesterle
Des militants indépendantistes fêtaient vendredi soir la proclamation d'indépendance ©Maxppp - Matthias Oesterle
Des militants indépendantistes fêtaient vendredi soir la proclamation d'indépendance ©Maxppp - Matthias Oesterle
Publicité
Résumé

La joie indépendantiste n'aura pas duré plus de 45 minutes, vendredi soir, entre le moment où le Parlement catalan a proclamé l'indépendance de la région, et celui où Madrid a répondu très fermement, suspendant l'autonomie, destituant les leaders catalans et en convoquant des élections anticipées.

En savoir plus

La Catalogne va voir dès ce samedi ses institutions reprises en main par Madrid: président et gouvernement régional destitués, parlement dissout, administrations placés sous tutelle, sur ordres de Mariano Rajoy. Nous allons y revenir en longueur dans ce journal, en direct de Barcelone avec notre envoyée spéciale Sandrine Etoa-Andègue, puis en studio avec les réactions des Etats européens, et des politiques français.

Emmanuel Macron, lui, redit son soutien à Madrid et à Mariano Rajoy. Il termine sa visite en Guyane, un territoire toujours marqué par le mouvement social d'avril dernier. Face aux manifestations de guyanais mécontents, le chef de l'Etat a joué la fermeté, et évité au maximum les confrontations avec la population comme avec les élus.

Publicité

La Société Générale et la Banque de France épinglées, au procès en blanchiment et corruption de Théodorin Obiang hier à Paris. Le fils du président de Guinée-Equatoriale a été condamné à 3 ans de prison et une amende de 30 millions d'euros, peines assorties de sursis. Reste à savoir comment la France pourra rendre l'argent au peuple équato-guinéen ? Dans ce journal nous entendrons les propositions de l'ONG Transparency International.

Au Kenya la commission électorale n'a toujours pas officialisé la victoire du président sortant Uhuru Kenyatta, à la présidentielle qui se tient depuis jeudi, mais qui a été reportée sine die dans quatre régions, à cause de troubles causés par l'opposition qui boycotte le scrutin.

Une édition présentée par Camille Magnard