Quatre sites français vont produire des vaccins anti-Covid dès fin février, dit Emmanuel Macron ©AFP - Xose Bouzas / Hans Luca
Quatre sites français vont produire des vaccins anti-Covid dès fin février, dit Emmanuel Macron ©AFP - Xose Bouzas / Hans Luca
Quatre sites français vont produire des vaccins anti-Covid dès fin février, dit Emmanuel Macron ©AFP - Xose Bouzas / Hans Luca
Publicité
Résumé

Quatre sites en France vont pouvoir produire des vaccins, au plus tard début mars. L'annonce a été faite par Emmanuel Macron qui s'est invité sur TF1 ce mardi soir. Cependant, il n'a pas répondu aux critiques sur le manque d'investissement pour la recherche dans le pays.

En savoir plus

C'était une réunion sur les vaccins organisée par l'Elysée autour d'Emmanuel Macron, avec les grands laboratoires français et européens. Leurs représentants ont fait le point, ce mardi, sur la production et la livraison des vaccins. La stratégie vaccinale de la France sera optimisée, a promis Emmanuel Macron. 

Emmanuel Macron sur TF1 ce mardi soir

47 sec

Quatre sites français vont produire des vaccins. Pour deux d’entre eux, les annonces ne sont pas nouvelles. Il s'agit de Recipharm, situé en Indre-et-Loire, pour Moderna et de Delpharm, en Eure-et-Loir, pour Pfizer/BioNTech. Le troisième site - Fareva - à Pau produira du Curevac quand il sera validé, donc pas avant avril. Enfin, concernant Sanofi - quatrième site français - le groupe n'aura pas de vaccin avant la fin de l'année.

Publicité

Les autres titres du journal

Le vaccin russe serait efficace à 91% contre le Covid-19. C'est une victoire politique pour Vladimir Poutine, alors qu'il est décrié de toutes parts pour la condamnation de l'opposant Alexeï Navalny.

Le Brexit met la mode britannique en péril. C'est ce qu'affirment des professionnels du secteur outre-Manche. 400 mannequins, stylistes ou industriels demandent à Boris Johnson des actions urgentes. Ils précisent que le poids de la mode représente plus que la pêche, la musique, le cinéma, l’industrie pharmaceutique et l’automobile réunis.

Des réquisitoires sévères ont été prononcés ce mardi contre Edouard Balladur et François Léotard. Entre un et deux ans de prison avec sursis, dans le volet financier de l'affaire Karachi.

Polémique autour d'une revue trimestrielle écrite par et pour les détenus. L'Envolée ne peut plus être diffusée, sur décision de l’Administration pénitentiaire qui a porté plainte pour diffamation.