Des centres de quarantaine ont été construits pour la reprise de l'épidémie à Shanghai
Des centres de quarantaine ont été construits pour la reprise de l'épidémie à Shanghai
Des centres de quarantaine ont été construits pour la reprise de l'épidémie à Shanghai ©AFP - Ding Ting / XINHUA / Xinhua
Des centres de quarantaine ont été construits pour la reprise de l'épidémie à Shanghai ©AFP - Ding Ting / XINHUA / Xinhua
Des centres de quarantaine ont été construits pour la reprise de l'épidémie à Shanghai ©AFP - Ding Ting / XINHUA / Xinhua
Publicité
Résumé

Les personnes testées positives au Covid-19 à Shanghai sont envoyées dans les centres de quarantaine provisoires construits spécialement pour faire face à ce retour d’épidémie. Témoignage d'un Français enfermé. Il vit un séjour aux allures de cauchemar.

En savoir plus

En Chine, à Shanghai, la quasi totalité de la ville est confinée depuis deux semaines. Le Covid-19 y circule activement. 23 300 nouveaux cas ont été enregistrés ce lundi. Ce mardi matin, les Etats-Unis ont demandé aux membres de leur consulat de quitter la ville.

Pour ceux qui sont positifs au Covid, la règle est claire : c'est un enfermement dans des centres de quarantaine construits spécialement pour le retour de l'épidémie. Notre correspondant, Sébastien Berriot, a pu joindre Thomas, un Français envoyé là-bas. Il lui raconte un quotidien cauchemardesque.

Publicité

Témoignage d'un Français coincé dans un centre de quarantaine à Shanghai, interrogé par Sébastien Berriot

1 min

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

2 min

Les autres titres du journal

Emmanuel Macron et Marine Le Pen sont immédiatement allés sur le terrain, ce lundi, dans l'idée de convaincre le plus d'électeurs à deux semaines du second tour. Le Président sortant était dans les Hauts-de-France. Il a parlé d'enrichir son programme face à des habitants inquiets et il a fini par glisser "qu'il était prêt à "bouger" sur la réforme des retraites. Il parle d'un départ à 64 ans au lieu de 65 s'il ressent "trop d'angoisse" auprès des Français.

Marine Le Pen était dans l'Yonne pour défendre le pouvoir d'achat, sur une exploitation céréalière. La présidente du Rassemblement national veut baisser la TVA de 20 à 5,5% sur le gaz, l’électricité, le fuel, et le carburant.

Dans cette édition aussi : retour sur la petite forme du parti "Les Républicains". Une déroute politique au bord de la banqueroute.

En Ukraine, la bataille du Donbass semble sur le point de commencer. Face aux Russes, les Ukrainiens préparent le terrain. Ils veulent moins de civils, plus d'armes et de munitions.