Jean Castex embrasse son successeur, l'ancienne ministre du Travail Elisabeth Borne, lors d'une cérémonie de passation de pouvoir, à Paris le 16 mai 2022.
Jean Castex embrasse son successeur, l'ancienne ministre du Travail Elisabeth Borne, lors d'une cérémonie de passation de pouvoir, à Paris le 16 mai 2022.
Jean Castex embrasse son successeur, l'ancienne ministre du Travail Elisabeth Borne, lors d'une cérémonie de passation de pouvoir, à Paris le 16 mai 2022. ©AFP - CHRISTIAN HARTMANN
Jean Castex embrasse son successeur, l'ancienne ministre du Travail Elisabeth Borne, lors d'une cérémonie de passation de pouvoir, à Paris le 16 mai 2022. ©AFP - CHRISTIAN HARTMANN
Jean Castex embrasse son successeur, l'ancienne ministre du Travail Elisabeth Borne, lors d'une cérémonie de passation de pouvoir, à Paris le 16 mai 2022. ©AFP - CHRISTIAN HARTMANN
Publicité
Résumé

Une technocrate, ancienne préfète, ministre durant tout le premier quinquennat Macron. Voici le portrait de la Première ministre, nouvellement nommée. Elisabeth Borne fait ses débuts à Matignon.

En savoir plus

Un nouveau nom à Matignon, mais un visage connu de la Macronie. Elisabeth Borne est donc nommée Première ministre à 61 ans. Elle est la deuxième femme à accéder à ce poste sous la Vème République, après Edith Cresson il y a 31 ans.

Portrait d'Elisabeth Borne, par Rosalie Lafarge

1 min

Les autres titres du journal

A Marioupol, plus de 260 combattants (dont 53 blessés) ont été évacués ce lundi de l'aciérie Azovstal. C'était le dernier bastion de résistance ukrainienne dans la ville portuaire, dans le sud du pays. A l'Est, par ailleurs, l'offensive russe dans le Donbass s'est intensifiée. Il y a eu dix morts à Severodonetsk.

Publicité

Parallèlement à la guerre en Ukraine, l'Inde arrête ses exportations de blé. La faute à une extrême sécheresse dans le pays. Cette décision va avoir de graves conséquences et fait déjà flamber les cours du blé.

La 75e édition du Festival de Cannes débute ce mardi soir avec le film "Coupez !" de Michel Hazanavicius en ouverture. Après la pandémie de Covid-19 - une édition annulée et l'autre déplacée - c'est le retour à la normale pour le festival mais il va devoir se quesitonner voire se réinventer.

Antoine Guillot, à Cannes, avant l'ouverture du 75e Festival du film

1 min