Des manifestants ont incendié le bâtiment de l'administration municipale (Akimat) à Almaty, au Kazakhstan
Des manifestants ont incendié le bâtiment de l'administration municipale (Akimat) à Almaty, au Kazakhstan
Des manifestants ont incendié le bâtiment de l'administration municipale (Akimat) à Almaty, au Kazakhstan ©AFP - EYEPRESS NEWS / EYEPRESS VIA AFP
Des manifestants ont incendié le bâtiment de l'administration municipale (Akimat) à Almaty, au Kazakhstan ©AFP - EYEPRESS NEWS / EYEPRESS VIA AFP
Des manifestants ont incendié le bâtiment de l'administration municipale (Akimat) à Almaty, au Kazakhstan ©AFP - EYEPRESS NEWS / EYEPRESS VIA AFP
Publicité
Résumé

Le Kazakhstan est secoué par des émeutes depuis dimanche, violemment réprimées par le pouvoir. Qui dirige vraiment ce pays d'Asie centrale ? Selon des spécialistes, l'ancien président Noursoultan Nazarbaïev exerce encore une influence considérable.

En savoir plus

Le président du Kazakhstan, Kassym-Jomart Tokaïev, a réprimé dans le sang les manifestations qui secouent son pays. Il y aurait des dizaines de morts parmi les protestataires et dix-huit membres des forces de sécurité ont aussi été tués, selon les autorités. 

Le Kazakhstan, plus grand pays d'Asie centrale, fait face à une contestation qui a éclaté dimanche, à cause d'une hausse des prix du gaz. La violence de la répression interroge sur le pouvoir en place. C'est une ancienne république soviétique, dirigée d'une main de fer pendant près de 30 ans par Noursoultan Nazarbaïev, qui a officiellement cédé sa place il y a deux ans.

Publicité

Les précisions de Bertrand Gallicher

1 min

Les autres titres du journal

Plus de trois millions de PCR effectués en une semaine : jamais autant de tests anti-covid n'ont été réalisés en France. Les laboratoires sont sous tension et manquent de personnel, d'après François Blanchecotte, président du syndicat national des biologistes.

La quête des 500 parrainages nécessaires pour la course à la présidentielle est délicate pour Eric Zemmour. Pas sûr, pour le moment, qu'il puisse être candidat. Les explications de Stéphane Robert.