Un camion incendié dans le centre d'Almaty. Le président du Kazakhstan a rejeté, le 7 janvier 2022, les appels à des pourparlers avec les manifestants
Un camion incendié dans le centre d'Almaty. Le président du Kazakhstan a rejeté, le 7 janvier 2022, les appels à des pourparlers avec les manifestants
Un camion incendié dans le centre d'Almaty. Le président du Kazakhstan a rejeté, le 7 janvier 2022, les appels à des pourparlers avec les manifestants ©AFP - ALEXANDR BOGDANOV
Un camion incendié dans le centre d'Almaty. Le président du Kazakhstan a rejeté, le 7 janvier 2022, les appels à des pourparlers avec les manifestants ©AFP - ALEXANDR BOGDANOV
Un camion incendié dans le centre d'Almaty. Le président du Kazakhstan a rejeté, le 7 janvier 2022, les appels à des pourparlers avec les manifestants ©AFP - ALEXANDR BOGDANOV
Publicité
Résumé

Plusieurs dizaines de morts, des soldats autorisés à tirer et à tuer par un président qui refuse de négocier. Au Kazakhstan, la révolte contre le coût de l'énergie se fait au prix du sang. Et les nuits blanches se succèdent pour la diaspora de France, notamment les opposants en exil.

En savoir plus

Près d'une semaine après le début d'un vaste mouvement de contestation contre la hausse des prix de l'énergie, le président Tokaïev a autorisé les forces de sécurité à "tirer pour tuer" les manifestants, sans vouloir négocier. Ces rassemblements ont viré à l'émeute contre un pouvoir qui reste dans l'ombre de l'ancien dirigeant Noursoultan Nazarbaïev tout en étant soutenu par Moscou, à grand renforts de troupes russes.

À lire : Kazakhstan, un pouvoir sous influence

Les autres titres du journal

Les syndicats enseignants appellent à la grève pour protester contre le nouveau protocole sanitaire dans les écoles, l'Italie rouvrira les siennes ce lundi, ce qui en inquiète plus d'un. 

Publicité

C'est une revanche prise contre les fermetures d'usine, deux ans et demi après celle de Luxfer près de Clermont Ferrant, place aux "forges du Gerzat" projet né de la lutte des salariés, appuyés par la mobilisation de l'État et des collectivités.

C'est peut-être la dernière ligne droite pour Christiane Taubira, après son incursion surprise à gauche dans la course à la présidentielle. L'ancienne ministre de la Justice doit annoncer son choix quant à une éventuelle candidature le 15 janvier au plus tard, selon elle tandis que la primaire populaire, qui a son soutien, se tiendra en ligne du 27 au 30 janvier, en attendant que les choses se précisent, Christiane Taubira agit en tout cas de plus en plus comme une candidate. 

En Turquie le procès de 14 étudiants s'est ouvert hier à Istanbul. Ils avaient participé il y a un an aux manifestations contre la nomination d’un recteur proche du président Recep Tayyip Erdogan à la tête de la prestigieuse université du Bosphore. Qualifiés de terroristes par le chef de l'État, les deux derniers détenus ont été libérés hier, après plus de trois mois passés derrière les barreaux.

Nous reviendrons sur la carrière de Sidney Poitier, décédé vendredi à 94 ans, les éloges se multiplient à son sujet, saluant "une fierté pour des millions d'afro-américains"