Sergueï Lavrov a indiqué que lui et Anthony Blinken estimaient "nécessaire" un dialogue "raisonnable" pour faire retomber la tension.
Sergueï Lavrov a indiqué que lui et Anthony Blinken estimaient "nécessaire" un dialogue "raisonnable" pour faire retomber la tension.
Sergueï Lavrov a indiqué que lui et Anthony Blinken estimaient "nécessaire" un dialogue "raisonnable" pour faire retomber la tension. ©AFP - Alex Brandon
Sergueï Lavrov a indiqué que lui et Anthony Blinken estimaient "nécessaire" un dialogue "raisonnable" pour faire retomber la tension. ©AFP - Alex Brandon
Sergueï Lavrov a indiqué que lui et Anthony Blinken estimaient "nécessaire" un dialogue "raisonnable" pour faire retomber la tension. ©AFP - Alex Brandon
Publicité
Résumé

Moscou et Washington ont convenu de se retrouver la semaine prochaine, alors que les tensions sont au plus haut dans le dossier ukrainien. La Russie exclue l'intégration de Kiev au sein de l'OTAN, et surenchérit, en réclamant désormais le retrait des troupes étrangères de Bulgarie et de Roumanie.

En savoir plus

Le rendez-vous est pris pour la semaine prochaine, entre Moscou et Washington  afin d'essayer d'avancer sur le dossier ukrainien. La rencontre, vendredi à Genève entre le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, et son homologue américain, Anthony Blinken, n'a pas vraiment permis de faire bouger les lignes, alors que la tension reste forte entre les deux puissances. La Russie, qui souhaite un engagement juridique selon lequel son voisin n'intégrera pas l'OTAN, réclame aussi désormais un retrait des troupes étrangères de l'alliance atlantique de deux pays membres, la Bulgarie et la Roumanie. Une apparente surenchère qui est en fait très cohérente avec le discours tenu par Moscou depuis des semaines, voir des années. Les précisions à Moscou de Sylvain Tronchet. 

Les autres titres du journal

Un nouveau soutien, et de poids pour Eric Zemmour : celui de l'eurodéputé Gilbert Collard, ancien lieutenant de Marine Le Pen. 

Publicité

Parti politique allemand cherche nouveau souffle dans l’opposition. Privée d'Angela Merkel,  la CDU investit aujourd'hui son nouveau chef, le néolibéral et très conservateur Friedrich Merz. 

Condamnée il y a un an après avoir dénoncé un label trop vert pour être vrai dans le monde viticole bordelais, Valérie Murat, porte-parole de l'association "Alerte aux toxiques" ne renonce pas. Elle évoque un "procès-bâillon". Le récit de Véronique Rebeyrotte.