Le président américain Joe Biden et le président français Emmanuel Macron lors du G7 en Allemagne, le 26 juin 2022
Le président américain Joe Biden et le président français Emmanuel Macron lors du G7 en Allemagne, le 26 juin 2022 ©AFP - Ludovic MARIN / POOL / AFP
Le président américain Joe Biden et le président français Emmanuel Macron lors du G7 en Allemagne, le 26 juin 2022 ©AFP - Ludovic MARIN / POOL / AFP
Le président américain Joe Biden et le président français Emmanuel Macron lors du G7 en Allemagne, le 26 juin 2022 ©AFP - Ludovic MARIN / POOL / AFP
Publicité

Un dîner en privé dans un restaurant de Washington avant de se retrouver ce jeudi la Maison Blanche : la visite d'Etat d'Emmanuel Macron auprès de son homologue Joe Biden a débuté durant la nuit de mardi à mercredi. Une visite sous le signe du protectionnisme, qu'il soit américain ou européen.

Emmanuel Macron est arrivé aux Etats-Unis, pour sa deuxième visite d’Etat après celle de 2018 sous Donald Trump, la première de l’administration Biden. Il y a un point d’achoppement majeur entre les deux présidents : le protectionnisme américain, concrétisé par le plan climat que la Maison Blanche a fait voter au Congrès l’été dernier : l’"Inflation Reduction Act". Il pénalise les entreprises non-américaines.

Les précisions de notre correspondant à Washington, Sébastien Paour

50 sec

Alors quelles clés pour le président français ? Emmanuel Macron propose un plan de protectionnisme européen. Mais cela ne plait pas à tous les pays-membres de l'Union européenne.

Publicité

Les explications de Frédéric Says

1 min

Les autres titres du journal

La Chine confine et réprime. La police va jusqu'à traquer les portables des passants pour vérifier qu'ils n'ont pas de photos de manifestations. La contestation contre les mesures anti-Covid se poursuit.

Dans le même temps, de plus en plus de pays européens réintègrent des soignants non-vaccinés contre la maladie. On fera le point dans cette édition.

Deux affaires embarrassent l'exécutif français : une ministre a sous-évalué son patrimoine et le secrétaire général de l'Elysée est mis en examen pour prise illégal d'intérêt. Réaction de l'opposition.

Le bio se vend de moins en moins en magasin. Les producteurs accusent les grandes-surfaces. Synabio, Forébio et la FNAB évoquent moins de réassort, des produits moins mis en avant et l'apparition de labels moins exigeants qui créent de la confusion chez le consommateur.

L'équipe