Illustration au salon des entrepreneurs
Illustration au salon des entrepreneurs
Illustration au salon des entrepreneurs ©Maxppp - Bruno Levesque
Illustration au salon des entrepreneurs ©Maxppp - Bruno Levesque
Illustration au salon des entrepreneurs ©Maxppp - Bruno Levesque
Publicité
Résumé

Et si l'Etat français devait reverser entre 1 et 5 milliards d'euros pour défaut de tutelle ? Une caisse de retraites est accusée d'avoir minoré les droits de 400 000 auto-entrepreneurs. La Cour de Cassation se prononce à ce propos ce jeudi. Information France Culture.

En savoir plus

C'est un arrêt de la Cour de Cassation à hauts risques pour l'Etat, pour ses finances et pour sa réputation. En plein débat sur la réforme des retraites, on attend ce jeudi un arrêt sur le cas d'un auto-entrepreneur guadeloupéen dont la caisse de retraite a systématiquement minoré les droits. Cette caisse de retraite - la Cipav - a fait de même pour tous ses affiliés auto-entrepreneurs - soit près de 400 000 personnes

Si la Cour de cassation rejette le pourvoi formé par la Cipav, l'Etat pourrait alors se voir facturer une note salée : entre 1 et 5 milliards d'euros pour défaut de tutelle. C'est une information d'Anne-Laure Chouin pour France Culture. Elle nous explique l'affaire bien encombrante pour le gouvernement  et pour les auto-entrepreneurs.

Publicité

Explications d'Anne-Laure Chouin

1 min

L'arrêt de la Cour de Cassation sera rendu ce jeudi après-midi.

Les autres titres du journal

Dans quelques heures, les commémorations du 75ème anniversaire de la libération de camps nazis débuteront à Jérusalem. Une quarantaine de chef d'Etat sont attendus au mémorial de la Shoah "Yad Vashem". Visite guidée avec notre correspondant.   

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) repousse à ce jeudi son estimation du risque posé par l'épidémie du coronavirus. Il a tué 17 personnes en Chine, ces derniers jours, principalement à Wuhan. La ville du centre du pays est placée en quarantaine. 

D'après l'institut CSA, près de trois-quart des Français écoutent encore la radio au moins trois fois par semaine. Le média convainc toujours même si les modes d'écoute sont bouleversés par le numérique.