Le deal de Donald Trump : 1,8 million de naturalisations contre un mur avec le Mexique

Donald Trump a lancé ce bras-de-fer à distance, depuis Davos, en Suisse. Il propose de naturaliser près de 2 millions de sans-papiers contre le financement du mur avec le Mexique
Donald Trump a lancé ce bras-de-fer à distance, depuis Davos, en Suisse. Il propose de naturaliser près de 2 millions de sans-papiers contre le financement du mur avec le Mexique ©AFP - NICHOLAS KAMM
Donald Trump a lancé ce bras-de-fer à distance, depuis Davos, en Suisse. Il propose de naturaliser près de 2 millions de sans-papiers contre le financement du mur avec le Mexique ©AFP - NICHOLAS KAMM
Donald Trump a lancé ce bras-de-fer à distance, depuis Davos, en Suisse. Il propose de naturaliser près de 2 millions de sans-papiers contre le financement du mur avec le Mexique ©AFP - NICHOLAS KAMM
Publicité

La Maison Blanche veut ouvrir la voie à la naturalisation d'1,8 sans-papiers aux Etats-Unis. Dans le même élan, l'administration Trump réclame 25 milliards de dollars au Congrès pour renforcer et prolonger le mur à la frontière avec le Mexique. Les démocrates y ont toujours été opposé.

Echange presque surréaliste... mais qui pourrait bien fonctionner, aux Etats-Unis. Donald Trump accepte de naturaliser 1,8 million de sans-papiers contre le financement du renforcement du mur avec le Mexique. Il le proposera au Congrès. Nous irons aux Etats-Unis pour exposer les dessous de cette annonce et les conséquence politiques au Congrès américain. Démocrates et républicains sont déjà critiques. 

Les autres titres du journal

Le PDG de Total a dîné avec Donald Trump hier soir. Au menu : un discours pro-américain de la part du président. Il veut attirer de puissants étrangers tout en préservant les entreprises américaines. Patrick Pouyanné a choisi le micro de Radio France pour raconter sa soirée.

Publicité

Portrait des deux prétendants à la Présidence en République Tchèque. Le président-sortant d'une part, pro-russe, et un pro-européen d'autre part. Les sondages ne les départagent pas, pour le moment.

La crise des prisons s'enlise en France après douze jours de conflit. Deux syndicats sur trois refusent le projet d'accord du gouvernement. Dans les établissements pénitentiaires, la fatigue se fait sentir.

L'équipe