©Visactu
©Visactu
©Visactu
Publicité
Résumé

Le Service National Universel sera testé au mois de juin par 3 000 jeunes. Ils seront volontaires pour inaugurer cette promesse d'Emmanuel Macron. Engagement, citoyenneté, cohésion : voici les maîtres-mots de cet exercice qui va durer un mois. Détails et analyse.

En savoir plus

Un mois loin de chez soi, à travailler sur la cohésion puis l'engagement personnel. 3 000 jeunes volontaires  - âgés de 16 ans - vont tester, à partir du mois de juin prochain, le Service National Universel (SNU). Le Secrétaire d'Etat à la Jeunesse, Gabriel Attal, donne des pistes. Treize départements sont concernés : les Ardennes, le Cher, la Creuse, l'Eure, la Guyane, les Hautes-Pyrénées,  la Haute-Saône, la Loire-Atlantique, le Morbihan, le Nord, le Puy-de-Dôme, le Val d'Oise et le Vaucluse.

Les quinze premiers jours seront dédiés à la cohésion, en hébergement collectif et les quinze autres jours à l'engagement individuel. Les journées commenceront par un salut au drapeau et une Marseillaise. Tous les jeunes porteront un uniforme. Le message politique est assez clair : le gouvernement creuse le sillon des valeurs républicaines, de la discipline et de l'ordre, dans la lignée de la rhétorique employée ces dernières semaines à propos du mouvement des "gilets jaunes". Les volontaires  suivront des formations, notamment aux premiers secours ou à la protection de l'environnement.

Publicité

La deuxième quinzaine de ce mois de "service national" sera celle de l'engagement individuel, dans une association ou une administration.

4 min

Gabriel Attal refuse de préciser quand le SNU deviendra obligatoire. L'objectif est de toucher toute une classe d'âge d'ici 2026.

Les autres titres du journal

Alexandre Benalla a utilisé ses passeports diplomatiques une vingtaine de fois après son licenciement de l'Elysée, cet été. Les auditions de la commission sénatoriale sur cette affaire ont révélé des manquements de la part de l'ancien collaborateur de l'Elysée et des dysfonctionnements de l'administration française.

Carlos Ghosn est lâché par l'Etat français. Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, veut changer de gouvernance à la tête de Renault. Les révélations sur de possibles malversations financières auront eu raison du PDG. 

Un attentat suicide a fait seize morts, ce mercredi, en Syrie. L'attaque est revendiquée par le groupe Etat Islamique et visait des Américains.   

La paralysie budgétaire partielle, encore et toujours, aux Etats-Unis : les fonctionnaires touchés ont maintenant du mal à se nourrir correctement. Pour les aider, à quelques pas de la Maison Blanche, le chef José Andrès a ouvert une cantine provisoire et gratuite.