Le siège de l'Unesco, à Paris (XVe)
Le siège de l'Unesco, à Paris (XVe)
Le siège de l'Unesco, à Paris (XVe) ©AFP - JACQUES DEMARTHON
Le siège de l'Unesco, à Paris (XVe) ©AFP - JACQUES DEMARTHON
Le siège de l'Unesco, à Paris (XVe) ©AFP - JACQUES DEMARTHON
Publicité
Résumé

Après les Etats-Unis, Israël quitte, à son tour, l'Unesco. Les deux pays n'apprécient pas les anciennes décisions prises en faveur de la Palestine. Étrange calendrier alors que l'organisation onusienne se cherche un directeur.

En savoir plus
  • L'administration américaine a mûrement réfléchi son choix. Les Etats-Unis se retirent de l'Unesco - l'agence de l'ONU pour l’éducation et la culture. Son allié, Israël, lui a emboîté le pas dans la foulée, critiquant une organisation devenue un "théâtre de l'absurde". Les Etats-Unis et Israël reprochent à l'Unesco d'avoir pris plusieurs résolutions en faveur de la Palestine. Voila qui amène de l'eau au moulin de ceux qui estiment que les conflits du Moyen-Orient sont entrés à l'Unesco, nous dira Nadine Epstein.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

  • La décision de Donald Trump sur le nucléaire iranien est très attendue ce vendredi. Le président des Etats-Unis doit se prononcer sur le texte signé, en 2015 avec Téhéran. Il encadre le programme nucléaire civil de la république islamique. Donald Trump pourrait décider, ce vendredi soir, de ne pas le certifier.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

  • Dans ce journal également : paroles de Congolais, opposants et partisans du président Joseph Kabila. Une guerre des mots a commencé en RDC depuis le report des élections à 2019.
  • En France, c'est le versant "protection" de la flexi-sécurité annoncée par Emmanuel Macron : l'assurance-chômage pour tous, démissionnaires et indépendants compris. Les indépendants sont toutefois sceptiques. Le dispositif devrait coûter très cher, nous expliquera Anne-Laure Chouin.
  • L'urgence des déserts médicaux en France. Le gouvernement présente son plan de lutte, ce vendredi matin. "La solution n'est pas quantitative, elle est qualitative", pour le président du Conseil national de l'ordre des médecins.
Références

L'équipe

Martin Desclozeaux
Réalisation