La relance vise à éviter un effondrement économique, dit Jean Castex ©AFP - Guillaume SOUVANT / POOL
La relance vise à éviter un effondrement économique, dit Jean Castex ©AFP - Guillaume SOUVANT / POOL
La relance vise à éviter un effondrement économique, dit Jean Castex ©AFP - Guillaume SOUVANT / POOL
Publicité
Résumé

Retrouver le niveau d'activité d'avant la crise en 2022 et en profiter pour investir dans la transition écologique. Voici le projet du gouvernement qui présente - enfin - ce jeudi matin son plan de relance. L'enveloppe est de 100 milliards d'euros. Les détails dans ce journal.

En savoir plus

Après la rentrée des classes et dans les entreprises, c'est le deuxième gros rendez-vous pour le gouvernement Castex : la présentation du plan de relance. L'enveloppe de 100 milliards d'euros doit permettre de regagner dès 2022 le niveau de richesse d'avant-crise. Ce plan doit sauver et créer des centaines de milliers d'emplois, selon le Premier ministre, Jean Castex. Il détaille trois volets : 30 milliards pour le verdissement de l'économie, 35 milliards pour les entreprises et 35 milliards d'investissements dans les hôpitaux, pour le déploiement de la fibre ou encore pour l'emploi des jeunes. 

Explications d'Anne-Laure Jumet

1 min

Pendant ce temps, l'Allemagne voit déjà les premières retombées de son plan de relance. Berlin a déboursé 10 fois plus que Paris - 1 000 milliards d'euros - et ça semble fonctionner.

Publicité

Le plan de relance allemand par Ludovic Piedtenu

59 sec

Les autres titres du journal

Des néonicotinoïdes sur les champs de betteraves sucrières en France : ce sera de nouveau possible via un projet de loi présenté ce jeudi matin.  Il fait réagir jusque dans la majorité à l'Assemblée car le texte ne cite pas la production de betteraves. C'est prendre le risque d'être retoqué par le Conseil constitutionnel, explique le gouvernement.

Nous vous raconterons la colère d'Emmanuel Macron contre un journaliste du Figaro. En public, il a accusé Georges Malbrunot, grand reporter spécialiste du Moyen Orient, d'être "irresponsable" en critiquant un article sur la politique française au Liban.     

Nous nous envolerons aux Etats-Unis, au pays de tous les possibles, si l'on en croit Donald Trump. Il veut que le pays se tienne prêt distribuer un vaccin contre le covid-19 d'ici le 1er novembre au plus tard, c'est-à-dire à deux jours de la Présidentielle.