Photo d'illustration
Photo d'illustration
Photo d'illustration ©AFP - MARTIN BERTRAND / HANS LUCAS
Photo d'illustration ©AFP - MARTIN BERTRAND / HANS LUCAS
Photo d'illustration ©AFP - MARTIN BERTRAND / HANS LUCAS
Publicité
Résumé

Un collaborateur d'Emmanuel Macron à l'Elysée a été suspendu deux semaines au mois de mai après avoir frappé un manifestant lors d'un rassemblement, le 1er mai dernier. Cet adjoint au directeur de cabinet du Président portait un casque de police.

En savoir plus

Quand un collaborateur de la Présidence à l'Elysée est autorisé à participer à une intervention de police sur une manifestation et que tout dérape. Le journal "Le Monde" lie une vidéo à un nom. Un proche collaborateur d'Emmanuel Macron a été filmé en train de violenter deux manifestants, le 1er mai dernier, à Paris, dans le quartier latin. Il s'agit d'Alexandre Benalla, chargé de mission auprès du chef de cabinet du Président. Il portait, ce jour-là, un casque de CRS sur la tête. Selon sa hiérarchie, il assistait en observateur au maintien de l'ordre autour du rassemblement.

Sur demande d'Emmanuel Macron, son chef de cabinet, Patrick Strzoda, a choisi une sanction : 15 jours de mise à pied et une rétrogradation opérationnelle. Il ne sort plus de l'Elysée, mais conserve son poste. L'opposition demande des explications et des sanctions. Même la majorité rasait les murs de l'Assemblée nationale, mercredi soir.

Publicité

Les autres titres du journal

Nous découvrirons ensuite les pistes pour réformer l'audiovisuel public. Les arbitrages budgétaires doivent être dévoilés ce jeudi. Entre économie et numérisation. 

Comment limiter l'augmentation des prix des locations à Paris ? Un rapport de la CLCV semble alarmant et les associations préviennent : cela ne fait que commencer.

La tension, toujours, entre Israël et la bande de Gaza. Sur fond de cerfs-volants enflammés, elle pourrait s'accentuer en cette fin de semaine de semaine.

Le Nicaragua célèbre aujourd'hui les 39 ans de la révolution sandiniste. Face à la répression sanglante du pouvoir, nous essaierons de comprendre ce qu'il reste de cette révolution.