Vaccination contre le Covid-19 en France
Vaccination contre le Covid-19 en France ©AFP - SOPHIE RAMIS, MARYAM EL HAMOUCHI
Vaccination contre le Covid-19 en France ©AFP - SOPHIE RAMIS, MARYAM EL HAMOUCHI
Vaccination contre le Covid-19 en France ©AFP - SOPHIE RAMIS, MARYAM EL HAMOUCHI
Publicité

Les adolescents peuvent se faire vacciner à partir de ce mardi avec l'accord de leurs deux parents. Un possible casse-tête et un flou juridique en perspective.

Des parents qui se disputent et des enfants pris entre deux feux. A partir de ce mardi, les jeunes de douze ans et plus peuvent se faire vacciner contre le Covid-19. Le volontariat reste la base. Ils devront être accompagnés par l'un de leurs parents, mais les deux auront à donner leur accord signé pour que la dose de Pfizer/BioNTech puisse être administrée. Ce double-accord ne va pas faciliter les choses, surtout en cas de parents séparés. Chez les médecins-traitants, la question est déjà brûlante. Cécile de Kervasdoué l'a constaté.

Le reportage de Cécile de Kervasdoué

1 min

Actuellement, près de 58% de la population majeure en France a reçu une première dose de vaccin contre le Covid-19. Un peu plu d'un quart est double vaccinée.

Publicité

Les autres titres du journal

Quatre syndicats sur neuf, dans la fonction publique appellent à une grève ce mardi, pour de meilleurs salaires. Certains fonctionnaires n'ont pas de quoi se loger quand ils commencent à travailler. Témoignage du secrétaire général de la FSU. 

Qwant sera aidé financièrement par Huawei. Ce rapprochement est étonnant entre un moteur de recherche français et un groupe de télécom chinois. Se pose la question de la sécurité des données.

La cyberguerre entre la Russie et le reste du monde : il en sera question lors de la tournée européenne du président des Etats-Unis Joe Biden en ce début de semaine.

Au procès Bygmalion, Nicolas Sarkozy est attendu à la barre ce mardi après-midi. L'ancien Président comparaît pour "financement illégal de campagne" après des soupçons de fausses factures à l'UMP en 2012. Il encourt un an d'emprisonnement. 

Un appel international a été lancé pour garantir la protection de Josu Ternera. L'ancien chef de l'organisation séparatiste basque ETA est jugé au tribunal correctionnel de Paris "pour association de malfaiteurs à visée terroriste". Quatre ans après avoir été condamné en son absence, il est rejugé.