Des militaires américains en faction près du Capitole à Washington le 14 janvier 2021.
Des militaires américains en faction près du Capitole à Washington le 14 janvier 2021.
Des militaires américains en faction près du Capitole à Washington le 14 janvier 2021. ©AFP - BRENDAN SMIALOWSKI
Des militaires américains en faction près du Capitole à Washington le 14 janvier 2021. ©AFP - BRENDAN SMIALOWSKI
Des militaires américains en faction près du Capitole à Washington le 14 janvier 2021. ©AFP - BRENDAN SMIALOWSKI
Publicité
Résumé

Les partisans de Donald Trump et l'extrême-droite américaine vont-ils tenter un nouveau coup de force semblable à celui du 6 janvier ? Les démocrates veulent les en dissuader par une mobilisation importante de force de police et de soldats.

En savoir plus

Les Américains assistent stupéfaits au déploiement de militaires dans leur propre capitale Washington. À trois jours de l'investiture du nouveau président Joe Biden, les États-Unis sont en état d’alerte. Après l'intrusion de militants d'extrême-droite, partisans de Donald Trump, le 6 janvier au capitole à Washington, les démocrates redoutent de nouveaux rassemblements violents d’ici à mercredi.

Les autres titres du journal

Privé de leurs amphithéâtres, de leur vie sociale, les étudiants sont aussi parfois aussi privés de leurs repas, par la crise sanitaire. Des associations distribuent des colis alimentaires à leur attention. 

Publicité

Les opposants au projet de loi "sécurité globale" dénoncent des tours de passe-passe entre son article 24, et l'article 18 de la future loi renforçant les principes républicains.   

Après le projet du centre commercial Europa City, c'est celui d'une gare du Grand Paris qui menace 300 hectares de terres du triangle de Gonesse au nord de Paris.  C'est sans compter la détermination des militants écologistes. 

Références

L'équipe

Timour Ozturk
Timour Ozturk
Timour Ozturk
Journaliste