Le Conseil de sécurité de l'ONU adopte, à l'unanimité, une résolution pour l'instauration d' un cessez-le-feu en Syrie.
Le Conseil de sécurité de l'ONU adopte, à l'unanimité, une résolution pour l'instauration d' un cessez-le-feu en Syrie. ©Maxppp - Li Muzi
Le Conseil de sécurité de l'ONU adopte, à l'unanimité, une résolution pour l'instauration d' un cessez-le-feu en Syrie. ©Maxppp - Li Muzi
Le Conseil de sécurité de l'ONU adopte, à l'unanimité, une résolution pour l'instauration d' un cessez-le-feu en Syrie. ©Maxppp - Li Muzi
Publicité

Après quinze jours de négociations acharnées, le conseil de sécurité de l'ONU a voté hier une trêve en Syrie. Les combats doivent s'arrêter un mois pour permettre l'évacuation des blessés et la livraison d'aide humanitaire. Mais la Russie a réussi à imposer plusieurs exceptions.

Ce n'est pas un accord de paix mais un texte "purement humanitaire". L'ambassadeur suédois à l'ONU soulignait déjà,hier soir, les limites de la trêve d'un mois votée par le Conseil de sécurité. Après quinze jours de négociation, l'objectif est toujours le même : évacuer les blessés et faire parvenir une aide humanitaire. Emmanuel Macron et Angela Merkel doivent s'entretenir aujourd'hui au téléphone avec Vladimir Poutine pour s'assurer de l'application de la résolution. Car si la Russie a accepté de voter le texte, c'est en imposant certaines conditions qui risque de limiter l'effet de la trêve. Les précisions à Moscou de Claude Brouillot.

En Israël, c'est la politique migratoire du gouvernement qui est dénoncée dans la rue.  Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées hier à Tel Aviv contre l'expulsion des demandeurs d'asile. Les autorités veulent exfiltrer, d'ici le 1er avril, tous ceux qui sont arrivés illégalement dans le pays depuis 2007. Soit près de 20 000 personnes.  Des Erythréens, des Soudanais qui ont désormais le choix entre l'expulsion vers un pays tiers, comme le Rwanda ou la prison. Reportage à Tel Aviv de Marie Semelin.

Publicité

Des applaudissements, quelques huées et une poule. Voilà le bilan de la visite d'Emmanuel Macron au salon de l'agriculture hier. Avec 12h30 de déambulations, le président a battu le record détenu par François Hollande. La visite du président aura notamment été marquée par un échange musclé avec un agriculteur très remonté contre l'interdiction, d'ici trois ans, du glyphosate. Le monde agricole est inquiet mais face à l'évolution de la consommation, il est aussi forcé de s'adapter. Eric Birlouez, agronome et sociologue de l'agriculture et de l'alimentation, décrit une agriculture en mutation.

A cinq jours des Césars, l'Allemagne nous lance un défi féministe. La Berlinale, le festival du film de Berlin, a décerné hier près de la moitié de ses récompenses à des femmes.  Une édition très marquée par le mouvement #meetoo et les débats sur la place du corps des femmes dans la société. L'ours d'or a été décerné à Touch Me not de la réalisatrice roumaine Adina Pintilie. C'est la grande surprise du palmarès, Nathalie Versieux.

L'équipe