Nigeria 70 The definitive story of 1970's funky Lagos (Strut Records, 2001)
Nigeria 70 The definitive story of 1970's funky Lagos (Strut Records, 2001)
Nigeria 70 The definitive story of 1970's funky Lagos (Strut Records, 2001)
Nigeria 70 The definitive story of 1970's funky Lagos (Strut Records, 2001)
Nigeria 70 The definitive story of 1970's funky Lagos (Strut Records, 2001)
Publicité
Résumé

En 1960, Lagos célèbre son indépendance en musique, au son du highlife ghanéen. Mais bientôt, les conflits ethniques explosent, les coups d'Etat s'enchainent, la corruption gangrène tout : Fela Kuti affûte alors une réponse musicale et politique : l'afrobeat.

En savoir plus

Au sortir de la colonisation britannique en 1960, Lagos, modeste capitale construite autour d'une lagune verdoyante, connait une croissance exceptionnelle. L’euphorie de l’indépendance s’y célèbre en musique, notamment au son du highlife ghanéen, brassant des influences diverses, jazz ou calypso.

Bientôt pourtant, les nuages s’accumulent dans le ciel nigérian : l'explosion des conflits interethniques conduit à la guerre civile au Biafra, les coups d'État portent des militaires au pouvoir, les classes dirigeantes se servent largement dans les revenus générés par la nouvelle manne pétrolière

Publicité

Cette soudaine croissance fait de Lagos un nouveau creuset artistique et musicale. Les grands labels occidentaux (EMI, DECCA ou Philips) y ouvrent des studios professionnels, exploitant l'engouement pour l'afrofunk ou l'afrobeat. Pourtant, la fracture sociale se creuse dangereusement. 

Fils d'un pasteur et d'une militante politique et féministe, Fela Kuti a étudié la trompette et le jazz à Londres où il a crée un premier groupe, Fela Kuti & his Koola Lobitos. En 1969, il est parti en tournée aux Etats-Unis où il s'est politisé, s'imprégnant d'idéaux égalitaires et panafricanistes. Face à la détérioration de la situation, il fait alors de l'afrobeat, mélange de funk, de soul et de rythmes yorubas, un puissant outil de dénonciation. 

Avec la chronique d'Arnaud Gonzague, journaliste à L'Obs.

Fela Kuti and his Africa 70 ‎– Fela Fela Fela (1970)
Fela Kuti and his Africa 70 ‎– Fela Fela Fela (1970)

Programmation musicale et archives 

  • Archive pré-générique : Léopold Sédar Senghor : Un jour à Lagos, extrait des Elégies des Saudades, lu par Maurice Sonar Senghor
  • Blo : Chant to mother earth (1973), repris sur la compilation Nigeria 70/The definitive story of 1970's funky Lagos (Strut, 2001) - fond sonore - 
  • Monomono : Tire loma da nigbehin, album The dawn of Awareness (1974, EMI), repris sur la compilation Nigeria 70 (déjà citée)
  • Archive : Célébrations pour l'indépendance du Nigéria (RTF, 01/10/1960)
  • Fela Kuti & his Koola Lobitos :  Nigerian Independence (vers 1960), repris sur la compilation Highlife on the move/Selected nigerian & ghanaian recordings from London & Lagos 1954-1966 (Soundway Records, 2015) - fond sonore -
  • Fela Kuti : It’s highlife time (1965), repris sur l'album Lagos baby 1963-1969 (2008)
  • Chris Ajilo and his Cubanos : Ariwo (vers 1960), réédité sur la compilation Marvellous boy/Calypso from West Africa (Honest Jon's Records 2009) - fond sonore -
  • Ra Tikalosoro and his group :  Kiniun kuro leran amu sere, paru sur la compilation Apala groups in Nigeria (1967-70) (2020) - fond sonore -
  • Fela Kuti & Africa 70 : Je nwi temi (1973) , paru sur l'album Open & Close / Afrodisiac (2001) - fond sonore -
  • The Funkees : Slipping into darkness (1973), paru sur l'album Dancing time - The best of eastern Nigeria's afro rock exponents 1973-77 (2012) - fond sonore -
  • Archive : Les embouteillages de Lagos (France Culture, Nuits magnétiques, prod. Martin Meissonnier, 19/01/1981)
  • Geraldo Pino : Shake hands (1974), repris sur la compilation Nigeria soul power 70 (Soul Jazz Records, 2019)
  • The Wings : We'll get home (1974), repris sur la compilation Nigeria soul power 70 (déjà citée) - fond sonore -
  • Archive : Le Nigéria dans les années 1970 (France Culture, Une vie une œuvre, prod. Jérôme Sandlarz, 27/03/2011)
  • Fela Kuti : Expensive shit, paru sur l'album Expensive shit (1975) - fond sonore -
  • Archive : Yves Loiseau, la république de Kalakuta en 1977 (France Culture, Nuits magnétiques, 19/01/1981)
  • Fela Kuti : Coffin for head of state, part 2 (1981)
  • The Lijadu sisters : Orere Elejigbo, de l'album Afro-beat soul sisters (1979)
  • Joe Moks : Boys and girls, de l'album Boys and girls (1979)

A lire, à écouter

Vidéo de Fela Kuti en concert avec Africa 70 à Calabar, 1971.

A noter la parution le 26 mars 2021 de la compilation Edo funk d’Analog Africa.

L'article de David Lamoureux : Comprendre l’organisation spatiale de Lagos, 1955-2015 (Hérodote, 2015)

À réécouter : Fela Kuti (1938-1997), la musique est un sport de combat