France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus
Feu! Chatterton
Feu! Chatterton

« Fou à lier, marteau comme les requins… » Jacques Higelin ne renierai peut-être pas ces mots de Feu! Chatterton. Le groupe dont on parle beaucoup depuis deux ans sort enfin (ou seulement) son premier album : Ici le jour (a tout enseveli). Douze pistes derrière ce qui ressemble à une madone bleue nuit (Odilon Redon à l'évidence) en couverture qui laissent deviner les qualités de scène et l’écriture propre au quintet parisien.

Ce qui frappe le plus à la première écoute reste le travail sur les mots, plein de littérature. Ne serait-ce déjà que le titre, ou le nom : Feu ! Chatterton qu’il ne faut pas forcément entendre comme « le défunt Chatterton », mais plutôt l’injonction à tirer ou embraser (puisque suivie d’un point d’exclamation). Chatterton en référence au jeune poète anglais du XVIIIème siècle Thomas Chatterton, dont le suicide à 17 ans a inspiré les romantiques (Alfred de Vigny notamment qui en tira une pièce, et le peintre Henry Wallis) mais aussi Bashung et Gainsbourg qui tout deux on évoqué le poète dans leur chanson.

Publicité

On pourrait disserter longtemps du rapport ou plutôt du poids de la littérature sur une certaine chanson française, mais Feu! Chatterton en fait plutôt une force, et assume cette image de rock littéraire (au festival d’Avignon cette année ils ont même accompagné sur scène Eric Reinhardt pour un montage de son roman L’Amour et les forêts). Fiction encore dans l’avant dernier titre : Porte Z « le soir tombait comme un rideau, les jeunes gens s’en allaient », littérature encore quand on devine ici ou là Lautréamont, Baudelaire, quand à la fin d’un de leurs premiers morceaux « L’heure est dense » le chanteur étirait les syllabes en citant « La rose et le réséda » d'Aragon.

On retrouve des chansons déjà présentes dans leur premier EP : une évocation de la Malintché, ou encore l’initiale « La Mort dans la pinède » (ici revisitée). Plus contemporain on retrouve aussi une grande traversée de Harlem ou encore « Côte Concorde », qui évoque directement le naufrage du Concordia, et la crise économique. Et puis il y a cette ode à un oiseau de fer, lui aussi d’actualité si l’on pense au personnel naviguant parfois déshabilleur d’Air France : Boeing. Décollage réussi.

Extraits diffusés :

Fou à lier

Porte Z

Boeing

Feu! Chatterton : Ici le jour (a tout enseveli) – label Barclay

Références

L'équipe

Matthieu Conquet
Production
Benjamin Hû
Réalisation