Prabhu Edouard. Album "Kôlam" (label lokanga) - photo : Seheno / Rémi Hostekind
Prabhu Edouard. Album "Kôlam" (label lokanga) - photo : Seheno / Rémi Hostekind
Prabhu Edouard. Album "Kôlam" (label lokanga) - photo : Seheno / Rémi Hostekind
Publicité
Résumé

Au travers d’un quartet inattendu (santour, basse, flûte et tablas) le percussionniste Prabhu Edouard signe un album chatoyant où les couleurs de l’Inde, de Bollywood à la danse kathak, croisent influences gnawa et jazz.

En savoir plus

« Prem Gîta » ou le chant d’amour, vous voici transportés en Inde au son de cette ouverture et pourtant, comme il faut se méfier de certains chants d’amour, vous auriez tort de vous croire en terrain connu. Evidemment c’est un râga classique que vous entendez (le mode Yaman, proche du mode lydien) mais il est servi par des musiciens très différents, réunis autour de Prabhu Edouard.

Ce joueur de tablas virtuose joue aussi bien auprès de grands maîtres de la musique indienne comme le flutiste Hariprasad Chaurasia que du côté du jazz ou encore auprès de Jordi Savall. A ses côtés dans ce quartet original : un santoor (cithare sur table comme on en trouve en Iran, qui inspirera le cymbalum en Europe de l’Est) joué par Sandip Chatterjee, musicien recherché qui lui vient de Calcutta, à ses côtés c’est un musicien réunionnais (et chanteur de Maloya) Johann Berby qui tient la basse et à la flûte bansurî (grande flute traversière indienne) un virtuose de musique celtique, Sylvain Barou.

Publicité

Prabhu Edouard fait entendre ce qu’il appelle « une diversité organique » sur un éventail de registres indiens, et voici après quelques minutes après ce que cela donne…

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Le titre de l’album : Kôlam, ces dessins géométriques éphémères que les femmes dessinent à la poudre sur le sol à l’entrée, signe de bienvenue dans le foyer tout indiqué pour inviter à pénétrer dans la musique. Beaucoup de couleurs, de régions de l’Inde sont traversées dans le répertoire de Prabhu Edouard, du Nord au Sud du pays : le morceau que l’on va entendre (Aïlassa) ce sont des chants de pêcheurs du Sud de l’Inde qui coordonnent leurs mouvements par le chant… et qui d’un coup croisent les gnawa…

Comme tous les percussionnistes, Prabhu Edouard est aussi un chanteur virtuose (puisqu’il faut savoir chanter ce que l’on joue, et inversement, quand on prétend jouer des tablas) et il invite ici des voix très différentes : Jogeswaran Manickam vocaliste du style carnatique -du sud de l’Inde - dans « Apsara », un chanteur mystique du Bengale, Paban Das dans « Nodi » ; et même une chanteuse de pop style Bollywood, Runa Rizvi , qui improvise sur une danse Kathak : « Rangoli ». Bon voyage.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

extraits diffusés :

  • Prem Gîta
  • Aïlassa
  • Rangoli

Page personnelle de Prabhu Edouard

ALBUM : « Kôlam » (Lokanga)

En concert le 13 Novembre 2016 au New Morning (Paris)

invité comme soliste le vendredi 4 novembre 2016 auprès de Jordi Savall à la Philharmonie de Paris : Ibn Battuta, le voyageur du temps

Références

L'équipe

Matthieu Conquet
Production
Benjamin Hû
Réalisation