Rubin Steiner : « Vive l’électricité de la pensée humaine » Platinum Records
Rubin Steiner : « Vive l’électricité de la pensée humaine » Platinum Records
Rubin Steiner : « Vive l’électricité de la pensée humaine » Platinum Records
Publicité
Résumé

Le musicien, DJ animateur radio et programmateur publie un disque instrumental sous le signe du voyage dans l'espace, empruntant à la fois à Dostoïevski comme aux romans politique de science-fiction d'Alain Damasio.

En savoir plus

« Uranus Samba » ou la danse d’une certaine façon vécue depuis l’espace selon Rubin Steiner, un musicien que Luz connaît bien pour avoir réalisé ensemble un disque d’OuMuPo (l’Ouvroir Potentiel de Musique pour le label Ici d’Ailleurs en 2004).

Frederick Landier alias Rubin Steiner, musicien, DJ, animateur pour Radio Béton, programmateur de concerts publie cet automne un nouvel album placé sous le signe de l’espace et de la danse (on ne saurait trop vous recommander le film qui accompagne Uranus Samba, avec une chorégraphie de Daniel Larrieu)

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Tous les titres évoquent tantôt un message à Neptune ou une éruption solaire autour de Vénus, pour s’achever par « Back to Earth » retour à la terre : on échappe aux lois de l’attraction par intermittence, et surtout au chant (le disque est entièrement instrumental) puisque Rubin Steiner a décidé qu’il ne chantera plus – et qu’il n’était pas nécessaire de chanter pour communiquer (la preuve).

Les disques de l’espace voilà presque un genre, une architecture en soi (qui dépasse les genres musicaux) : passant par le Major Tom de David Bowie bien sûr, Telstar des Tornados (classique de 1962) la musique électronique de Jeff Mills, le reggae des Skatalites ou d’Alpha Blondy (collectionneur d’astéroïdes et fasciné par les voyages dans l’espace comme en témoignait la pochette de Cocody Rock) et puisqu’il est question de science-fiction citons les mots de Maurice G. Dantec « L'architecture, cette musique de l'espace qui commerce avec le temps » (Le théâtre des opérations 1999, Gallimard, p. 183dans la coll. folio, 2002)

« Vive l’électricité de la pensée humaine »

Beau titre emprunté à Dostoïevski par Rubin Steiner qui tombe sur l’expression en ouvrant par hasard la nouvelle La Douce, et découvre grâce aux notes traduction d’André Markowicz ce mot lumineux : « Vive l’électricité de la pensée humaine ». Et de la littérature qui inspire visiblement beaucoup Rubin Steiner : « Mon moteur c’est la littérature plus que la musique. C’est ma principale source d’inspiration et particulièrement pour ce disque » citant notamment Philip K Dick, Tristan Garcia et Alain Damasio. Frederick Landier apprécie tout particulièrement les activistes de La Volte (dans La Zone du Dehors d’Alain Damasio) et les volutionnaires (pas des révolutionnaires) qui perpétuent des attentats sonores.

Rubin Steiner musicien à l’action volontiers politique notamment durant ses fonctions de programmateurs pour la salle Le Temps Machine à Joué-Lès-Tours où il a soutenu –non sans controverse - que la mission de lieux comme les SMACS, financés par l’agent public, était de défendre un art non rentable. On se quitte avec un des nombreux projets de Rubin Steiner, le groupe DRAME, avec lequel il continue de jouer sur scène, toujours mu par l’obsession des rythmiques…

Extraits diffusés :

  • « Uranus Samba » / « Carnival On Mercury » Disque : Rubin Steiner « Vive l’électricité de la pensée humaine » (Platinum Records)
  • « Drame » par DRAME (Platinum Records)

Vous pouvez réécouter l’émission CONTINENT MUSIQUES dans les archives de Radio France avec Rubin Steiner ICI

Références

L'équipe

Matthieu Conquet
Production
Benjamin Hû
Réalisation