France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus
stylus
stylus

Tout Sheller en quelques mesures, dont une de latin pour évoquer sa musique. C’est peut-être par ce qu’on parle encore d’album (du neutre d’albus , le blanc) que le dernier disque de William Sheller s’intitule Stylus (au datif ou ablatif, ca donne Stylo ). Le style avant d'être l'homme selon Buffon c'est d'abord un poinçon, l'outil de métal qu’on utilise pour percer ou pour écrire (et parfois les deux). Et Sheller de concentrer ici ce qui fait sa marque, en huit chansons et deux intermèdes, pop formée au classique (avec même un final jazz fumé) piano et cordes, rien d’autre ou presque, et cette réverbération qui elle aussi a l'air d'être la sienne.

Sheller travaille des sillons déjà tracés : en plus d’une parenté assumée avec les arrangements de Georges Martin pour les Beatles, on retrouve quelques grands sujets dont l’enfance, on devine la figure de Nicolas dans la deuxième ou troisième chanson « Bus stop », on croise un Petit Pimpon, et toute l’empathie fine pour ceux qui se trouvent partagés à l’issue du divorce : Les enfants du week-end .

Publicité

A ce qu’il paraît William Sheller envisageait même de ne pas la jouer sur scène, finalement il n’en a joué aucune dimanche dernier, contraint d’annuler son concert à la maison de la radio pour des raisons de santé. Eternel jeune homme pour son côté Tintin, lui qu’on désigne comme un compositeur de ligne claire peut même redonner vie à une chanson d’il y a 40 ans, tirée de son premier album en 1975, proche de la veine Berger-Samson pour ce message personnel « Comme je m’ennuie de toi ».

« Plutôt diseur que chanteur » comme l’analysait Barbara (qui l’a encouragé à ses débuts), William Sheller qui après 40 ans de carrière dit toujours que son métier n’est pas d’écrire des paroles. Ce qui ne l’empêche pas d’être repris comme ses Photos souvenirs qui ont servi de tremplin à Christine & The Queens. On se quitte avec ce qui sert d’ouverture à Stylus , en joie teintée : Youpylong et ces derniers mots tout trouvés pour l’heure « je sais bien que le jour se lève et c’est chacun pour soi mais… si tu crois que je vis un rêve ne le réveille pas ».

extraits diffusés :

Une Belle journée

Les enfants du week-end

Comme je m’ennuie de toi

Youpylong

William Sheller « Stylus » (Mercury)

concerts : les 8 et 9 décembre aux Folies bergères à Paris