Une "Fontaine" de Marcel Duchamp présentée dans une exposition au Barbican de Londres en 2013
Une "Fontaine" de Marcel Duchamp présentée dans une exposition au Barbican de Londres en 2013
Une "Fontaine" de Marcel Duchamp présentée dans une exposition au Barbican de Londres en 2013 ©Getty - Dan Kitwood
Une "Fontaine" de Marcel Duchamp présentée dans une exposition au Barbican de Londres en 2013 ©Getty - Dan Kitwood
Une "Fontaine" de Marcel Duchamp présentée dans une exposition au Barbican de Londres en 2013 ©Getty - Dan Kitwood
Publicité
Résumé

En direct des grands chocs esthétiques de l’histoire des arts et de la culture, Mathilde Serrell est aujourd'hui en 1917, lorsqu'une galerie expose un urinoir.

En savoir plus

Il y a bien une photo qui circule dans « L’aveugle », en anglais « The blind man », le fanzine satirique de Marcel Duchamp et sa bande, mais j’ai décidé d’aller le voir en vrai. Je parle de l’urinoir, la pissotière, la «  fontaine » qui fait scandale et qui est exposée à la galerie Alfred Stieglitz au 291 Fifth avenue. 

Stieglitz c’est celui qui a fait connaître Picasso, Matisse et Cézanne à New York. Il s’est récemment lancé dans la photo, mais c’est chez lui que Duchamp et ses amis ont décidé de faire trôner cette œuvre jugée « immorale et vulgaire »…

Publicité

Cet urinoir à l’envers c’est un peu l’exemplaire unique de ce qui pourrait constituer « le salon des refusés » de la première exposition de la Société des artistes indépendants de New York.

Avec Roxana Azimi, journaliste et critique d’art, auteure du Guide de l’art contemporain chez Hazan.

Ce que l’on peut dire un siècle plus tard c’est que le canular de Duchamp continue de faire des victimes qui s’ignorent…