Serge Gainsbourg interprète une version classique de "La Marseillaise" pour des parachutistes venus l'écouter lors d'un concert à Strasbourg le 04 janvier 1980 ©AFP - AFP
Serge Gainsbourg interprète une version classique de "La Marseillaise" pour des parachutistes venus l'écouter lors d'un concert à Strasbourg le 04 janvier 1980 ©AFP - AFP
Serge Gainsbourg interprète une version classique de "La Marseillaise" pour des parachutistes venus l'écouter lors d'un concert à Strasbourg le 04 janvier 1980 ©AFP - AFP
Publicité
Résumé

En direct des grands chocs esthétiques de l’histoire des arts et de la culture, Mathilde Serrell est aujourd'hui en 1980, au cœur du scandale qui suit le succès de la nouvelle version reggae de l'hymne national.

En savoir plus

Au journal télévisé, l’image est saisissante, le poing serré et levé, comme l’étendard sanglant, Serge Gainsbourg l’insoumis est "colère" ! Son concert à Strasbourg a été annulé hier à cause d’une bande de paras surchauffés par une guerre des tribunes. Lui le patriote obligé de se défendre dans Le Matin Dimanche contre une attaque particulièrement tordue.

Mais quel est le problème au juste ? Est-ce à cause du reggae, cette musique venue de Jamaïque qu’on n'entend que tard le soir sur les radios clandestines ? Ou c’est peut-être parce que monsieur Birkin s’habille mal...

Publicité

Celui qui allume la mèche s’appelle Michel Droit, un journaliste plus gaulliste que le Général !

Depuis son édito, en juin dernier, circule l’idée que La Marseillaise de Serge Gainsbourg est une provocation de plus. Et selon Michel Droit, la version reggae de l'hymne national contribuerait même à faire renaître un antisémitisme latent.

Avec Bertrand Dicale, spécialiste de la chanson française :

Quoi de plus authentiquement révolutionnaire que de porter cet hymne avec ces damnés de la terre que sont alors les musiciens de reggae jamaïcain?

La Marseillaise reggae est presque plus patriote que ses détracteurs. Elle ouvre la voie à une identité plurielle et non figée du peuple, un patriotisme affranchi du nationalisme.