Grace Jones en concert en 1980 ©Getty - A. Schorr/ullstein bild
Grace Jones en concert en 1980 ©Getty - A. Schorr/ullstein bild
Grace Jones en concert en 1980 ©Getty - A. Schorr/ullstein bild
Publicité
Résumé

En direct des grands chocs esthétiques de l’histoire des arts et de la culture, Mathilde Serrell est aujourd'hui en 1980 et découvre le phénomène Grace Jones, entre panthère disco et égérie post-new wave.

En savoir plus

Elle a l’air de descendre d’une soucoupe volante, coupe en brosse, air martial, les épaules et les biceps rembourrés comme dans un costume de super héros, Grace Jones la soi-disant "panthère disco" vient de frapper un grand coup avec son nouvel album Warm Leatherette… Plus cool tu meurs.

 Grace Jones arrive de New York, c’est une mannequin noire, la seule même avec Beverly Johnson qui a fait la couverture de Vogue. Elle a enflammé la piste du Studio 54, et le pop artiste Andy Warhol l’adore. A Paris, c’est elle qui a fait le show d’inauguration du Palace et choqué la ministre des Droits des femmes avec ses photos "en cage" mises en scène par son compagnon Jean-Paul Goude.

Publicité

Avec Laurent Rigoulet, écrivain et journaliste 

Elle arrive en France, un pays qu’elle trouve très raciste mais dans ce racisme elle constate aussi une fascination totale des Français pour les noires très exotiques. Donc elle va jouer de ça notamment à travers sa rencontre avec Jean-Paul Goude qui va créer avec elle une image d’une femme noire guerrière. 

Elle n’est pas la muse mais la personne qui détient le pouvoir. Elle a oscillé entre le sous-humain réduite à l'état de créature exotique et le surhumain. 

Références

L'équipe

Mathilde Serrell
Production
Anne Depelchin
Réalisation