Michel Houellebecq, juillet 1998  ©Getty - Louis MONIER
Michel Houellebecq, juillet 1998 ©Getty - Louis MONIER
Michel Houellebecq, juillet 1998 ©Getty - Louis MONIER
Publicité
Résumé

En direct des grands chocs esthétiques de l’histoire des arts et de la culture, Mathilde Serrell est aujourd'hui en 1998, lors de la sortie du nouveau roman d'un auteur déjà polémique, Michel Houellebecq.

En savoir plus

En cette rentrée littéraire on dirait qu’il se passe enfin quelque chose… Un certain Michel Houellebecq divise avec ce livre qui est déjà en tête des ventes et favori pour le Goncourt : Les Particules élémentaires.  

Depuis Extension du domaine de la lutte il y a quatre ans, le dit Houellebecq est devenu le nouveau romancier à suivre… Il faut dire que le Paris littéraire ne parle que de formalisme et de style depuis des décennies. La dernière révolution doit dater du Nouveau roman. Il y a bien l’autofiction qui agite un peu les commentateurs, mais c’est histoire de se trouver un genre nouveau siècle. Eh oui, l’an 2000 c’est demain !

Publicité

Les classes moyennes, le capitalisme ultra-libéral et la misère sexuelle, ça n’existait ni dans les romans ni vraiment dans l’air du temps. Encore plus que le livre, c’est "l’affaire Houellebecq" qui occupe les conversations. Racisme, eugénisme, les propos de ses personnages, Bruno et Michel, lui sont imputés. Comme si le réalisme du roman lui avait fait perdre son statut de fiction.

Avec Agathe Novak-Lechevalier, universitaire Houellebecquienne

Dès 1998, ce qui dérange au fond, c’est cette combinaison entre réalisme et science-fiction, entre une littérature du désespoir sans aucune consolation formelle et une littérature du tube à essai qui teste des hypothèses. La figure du "mage Houellebecq" était née. Aujourd’hui encore, les peurs du monde tel qu’il va permettraient donc à Houellebecq d’entrevoir les angoisses du monde tel qu’il vient...  Et les plus immorales d’entre elles. Anticipation ou provocation, telle est encore la question…

Références

L'équipe

Mathilde Serrell
Production
Anne Depelchin
Réalisation