Titania liebkost Zettel, Johann Heinrich Füssli (1793/94) - Kunsthaus Zürich
Titania liebkost Zettel, Johann Heinrich Füssli (1793/94) - Kunsthaus Zürich
Titania liebkost Zettel, Johann Heinrich Füssli (1793/94) - Kunsthaus Zürich
Publicité
Résumé

Peintre d’une érudition exceptionnelle, Johann Heinrich Füssli déploie une œuvre paradoxale où se côtoient les voluptés et l’enfer, le sublime et peut-être le grotesque.

avec :

Eva Reifert (Conservatrice d’art moderne & du 19e siècle au Kunstmuseum Basel (Bâle)), Amandine Rabier (historienne de l'art).

En savoir plus

Et aujourd’hui il s’agit de Füssli. Derrière ce nom magnifique qui fuse dans l’espace comme un trait de pinceau ensauvagé, exista un des peintres les plus étranges, de cette période d’ombre et de lumière que fut le tournant des révolutions européennes de la fin du XVIIIe siècle. Extrême en tout, comme disait de lui son ami le physiognomoniste et pasteur Lavater. Füssli. Aimé par les surréalistes au XXe siècle, admiré et contesté tout à la fois par Goethe. Füssli déploie une œuvre paradoxale où se côtoient les voluptés et l’enfer, le sublime et peut-être le grotesque.

1h 00

Peintre d’une érudition exceptionnelle qui fut considéré comme un des meilleurs spécialistes et conférenciers sur l’art lorsqu’il enseigna à la royale académie, Füssli ne ressemble à personne et son ami, élève puis opposant l’artiste Benjamin Haydon dit de lui : « Les forces agissantes dans l’esprit de Füssli sont le blasphème, la luxure et le sang… Ses femmes sont toutes des putains et ses hommes des bandits. Putains elles ne le sont pas pour se délecter des envies de la chair mais par haine, par ressentiment à l’égard de la vertu. Et si ses hommes sont des gredins, ce n’est pas par un audacieux désir d’aventure et de risque mais par une incoercible rébellion contre l’oppression morale. » Étrange… qui est ce Füssli ? C’est ce qu’une exposition qui se tient en ce moment au Kunstmuseum Basel (Bâle) nous révèle. 

Publicité
Amor und Psyche, Johann Heinrich Füssli (1810)
Amor und Psyche, Johann Heinrich Füssli (1810)
- Kunsthaus Zürich

"Füssli est un fabuleux dessinateur mais un dessinateur contrarié" Amandine Rabier

Lady Macbeth, schlafwandelnd, Johann Heinrich Füssli (1793)
Lady Macbeth, schlafwandelnd, Johann Heinrich Füssli (1793)
- RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Hervé Lewandowski

"Milton, Shakespeare et Homère sont les trois héros de Füssli" Eva Reifert

"Sa façon de peindre était narrative... Il travaille de manière sérielle" Eva Reifert

Percival befreit Belisane aus der Bezauberung durch Urma, Johann Heinrich Füssli (1783)
Percival befreit Belisane aus der Bezauberung durch Urma, Johann Heinrich Füssli (1783)
- Tate, London

"Füssli cherche la dramatisation et l'effet" Amandine Rabier

Installationsansicht: "Der Nachtmahr" (1810). Füssli. Drama und Theater
Installationsansicht: "Der Nachtmahr" (1810). Füssli. Drama und Theater
- Julian Salinas

"L'expérience du sublime relève de ce délice d'éprouver la terreur... Eprouver la peur sans être impliqué" Amandine Rabier

Textes lus par Andrea Schieffer

Musiques diffusées : György Ligeti Métamorphoses nocturne Quatuor Béla 

Jean-Guihen Queyras, Alexandre Tharaud - Kodaly*, Veress*, Kurtag* ‎– Kodaly, Veress, Kurtag

Varèse* / Penderecki* / Ligeti* ‎– Ionisation

Références

L'équipe

Jean de Loisy
Jean de Loisy
Jean de Loisy
Production
Seham Boutata
Collaboration
Franck Lilin
Réalisation