Iris Clert devant sa galerie au 3, rue des Beaux-Arts, Paris, 1956
Iris Clert devant sa galerie au 3, rue des Beaux-Arts, Paris, 1956
Iris Clert devant sa galerie au 3, rue des Beaux-Arts, Paris, 1956 - John Deakin
Iris Clert devant sa galerie au 3, rue des Beaux-Arts, Paris, 1956 - John Deakin
Iris Clert devant sa galerie au 3, rue des Beaux-Arts, Paris, 1956 - John Deakin
Publicité
Résumé

Conduite par sa passion et par les astres, agissant en fonction des conjonctions astrologiques et des rencontres essentielles, Iris Clert, créa une galerie qui depuis son apparition en 1955, et pendant plus de vingt ans marqua profondément l’histoire des avant-gardes en France.

avec :

Clément Dirié.

En savoir plus

Dans le paysage plutôt morne de l’après-guerre en France alors que l’Ecole de Paris et l’art informel recevaient toute l’attention des institutions et des collectionneurs, peu de possibilités étaient offertes aux expériences audacieuses graves ou souriantes des jeunes artistes qui cherchaient d’autres possibilités, d’autres expériences plus proches de la vie intense que du culte confinés des recettes de l’art académique ou conventionnel. Parmi les quelques figures de critiques ou de galeries qui secouèrent la vie parisienne, une demeure dans nos mémoires pour ce qu’elle a défendu mais aussi pour ce qu’elle fut.

J. Tinguely, Y. Klein, W. Ruhnau, R. Brô, I. Clert, J. Rafael Soto à la Galerie Iris Clert, rue des Beaux-Arts, Paris, mai 1959
J. Tinguely, Y. Klein, W. Ruhnau, R. Brô, I. Clert, J. Rafael Soto à la Galerie Iris Clert, rue des Beaux-Arts, Paris, mai 1959
- Shunk-Kender

Flamboyante, amusante, tragique, mythique, conduite par sa passion et par les astres, agissant en fonction des conjonctions astrologiques et des rencontres essentielles, Iris Clert, créa une galerie qui depuis son apparition en 1955, pendant plus de vingt ans marqua profondément l’histoire des avant-gardes en France. Certes la liste des artistes qui y furent présentés suffirait à confirmer ce que je viens de dire, Yves Klein, Arman, Takis, Fontána Tinguely, J.Jacques Lebel, Raymond Hains, Ad Reinhardt, Gaston Chaissac, Harold Stevenson, Bill Copley, yolande Fièvre et bien d’autres, mais c’est moins la liste, impressionnante certes, que le quoi et le comment qui laissent une trace si singulière.

Publicité
Iris Clert devant son Stradart présenté à l’occasion de la Southwark Summer Fair, Bankside, Londres, 12 juin 1973
Iris Clert devant son Stradart présenté à l’occasion de la Southwark Summer Fair, Bankside, Londres, 12 juin 1973
- J. Wilds

Chaque vernissage était une fête, chaque accrochage était une transgression ou un scandale, l’extrême était souhaité et l’art était aimé au-delà de la circulation des objets et des conventions du marché. Un livre écrit par l’historien et critique engagé Clémenet Dirié, raconte avec brio, précision et on le ressent enthousiasme le charme flamboyant d’Iris Clert, son apport essentiel à l’avant-garde des année soixante. Il s’appelle Iris Clert, L’astre ambigu de l’avant-garde publié aux éditions Hermann.

Archive sonore diffusée

  • Iris Clert, iris.time and life, mémoires sonores produites par Ralph Rumney, six cassettes, 1975

Chargée de recherche : Maurine Roy

En partenariat avec BeauxArts Magazine.

À lire aussi : Brève histoire des galeries d'art, entre la boutique et le musée

Références

L'équipe

Jean de Loisy
Jean de Loisy
Jean de Loisy
Production
Seham Boutata
Collaboration
Anna Holveck
Réalisation